AFFAIRE HANOOTI, HILLARY CLINTON EST KO.

Clinton et Hanooti.

L’ex première dame américaine, Hillary Clinton, traverse une sale période. Elle avait tellement fait valoir son expérience en matière de relations internationales, d’expérience et de toute la panoplie du parfait commandant en chef qu’elle a fini par se planter.

En mentant et calomniant, procédant par des coups bas pas très élégants, il y a comme un boomerang, sans que le sénateur de l’Illinois, Barack Obama, ou même les membres de son staff ne disent ou ne fassent quelque chose. Il y a désormais au sein de la sénatrice, comme une forte odeur de soufre.

Les affaires se corsent et ne semblent pas s’altérer. Déjà largement devancée par son ex challenger….d’un jour, le métis qu’on ne nomme plus, voilà qu’arrive un mine, dont le nom est Muthanna Hanooti. Ce proche de Saddam Hussein un temps, a eu l’aval de la première dame, pour alléger les sanctions contre l’Irak baasiste.
Madame Clinton est une habituée des carabistouilles. Elle ment tellement qu’elle se pendra toute seule, les pieds dans le tapis. Ce qui est sûr, les sanctions touchaient le peuple, et non le régime. Or, les américains, avec la propagande bushienne, ne savent plus trop où donner de la tête.

Lire la suite….>> en mauvaise traduction française tirée de THE SUN (New York)
PARALLAX
Publicités

JE N’AIME PAS VERSAC.

Je ne l’aime pas parce qu’il n’aime pas Allain Jules. En revanche, Allain Jules lui ne le déteste pas. Quel grand cœur !

Comment un « monsieur-femmelette », peut-il vouloir se débarrasser d’un autre, en jouant sur ses amis ? C’est simplement un clown, fils d’Hitler et compagnie. Je mets ma main au feu. S’il n’a pas un ancêtre qui a servi dans la Vehrmacht, que je sois pendu, fusillé.

Ce petit connard avec sur le front une grosse bosse, malédiction de Dieu héritée pour ses agissements et ceux des siens avec la Gestapo se croit au sommet, alors qu’il a vendu son âme au Diable. Plus dure sera la chute.

Ce petit d’esprit, incapable de regarder quelqu’un dans les yeux (selon AJM) use de tous les poncifs racistes, pour décrier les autres.

Cet antisémite, pour se donner bonne conscience, accuse vite les autres d’être antisémite, pour se dédouaner.

Il a appelé par ailleurs les anti-Islam, pour qu’ils aillent acheter Charlie Hebdo, au moment des caricatures de Mahomet.

Franchement, si vous aimez cette homasse, vous êtes forcément raciste, négrophobe, islamophobe et arabophobe. Ce qu’il est.

PARALLAX.

FITNA LES 17MN DE HAINE.

L’ATTAQUE CONTRE L’ISLAM.

Voici comment des imbéciles, un imbécile, raciste et xénophobe met de l’huile sur le feu. On nous parle encore de liberté d’expression. Et si c’était l’inverse, en serait-il autant ?

 

Voir aussi, Versac, histoire d’un raciste.

BARACK OBAMA, DEVANT HILLARY CLINTON ET J. McCAIN.

Etats-Unis

Barack Obama veut stimuler l’économie avec 30 milliards de dollars

Le candidat démocrate à la présidentielle américaine promet également de réguler les marchés financiers.

Le prétendant démocrate à la Maison Blanche, Barack Obama, durcit le ton face à sa rivale Hillary Clinton. Affirmant que l’économie américaine « est en récession », il a réclamé ce jeudi un plan de relance d’une trentaine de milliards de dollars pour faire face notamment à la crise du crédit immobilier. Le candidat noir souhaite venir en aide aux ménages qui ne peuvent rembourser leur crédit, ceux qui ont perdu leur maison ou encore aux Américains qui n’ont plus d’assurance chômage.

Hillary Clinton avait, la semaine dernière, avancé l’idée d’un fonds de refinancement d’un montant également de 30 milliards de dollars pour venir en aide aux ménages surendettés par la crise du crédit immobilier. Quelque 4 millions d’Américains seraient dans cette situation. Bref, la surenchère est de mise alors que s’approche l’échéance de la convention démocrate qui désignera le candidat à l’élection présidentielle.

Barack Obama suggère même un nouveau cadre de régulations pour l’économie de marché, accusant Wall Street d’avoir manipulé les marchés pour obtenir des profits immédiats au mépris de la croissance durable. « Notre économie de marché libre n’a jamais été censée être un permis de prendre tout ce que vous pouvez, de toutes les façons que vous le pouvez », a déclaré le candidat noir.

Et de préciser que « le gouvernement a un rôle à jouer pour faire progresser notre prospérité commune: en fournissant des conditions macroéconomiques et financières stables pour la croissance durable, en exigeant la transparence, et en garantissant une concurrence équitable ». Selon Obama, « le marché biaisé crée des bulles au lieu d’une croissance stable et durable ».

Un sondage publié ce jeudi par Wall Street Journal indique que Hillary Clinton recueille davantage d’opinions négatives que d’opinions positives auprès des électeurs américains, y compris parmi les femmes qui forment la base de son électorat. Son rival Barack Obama s’en sort mieux.

Dans l’hypothèse d’un duel avec le républicain John McCain en novembre, il battrait son adversaire d’une courte tête (44% contre 42%). En cas de duel Clinton/McCain, le républicain l’emporterait par 46% contre 44%.

latribune.fr

Wikio: la dictature et les dictateurs des liens.

Je viens de lire le compte rendu d’Allain Jules sur la République des Blogs d’hier soir à Paris. On y découvre un homme, Versac, imbu de sa personne, descendu néanmoins de son piédestal par AJM et, incapable d’apporter la moindre contradiction face à un adversaire. Il est surtout habitué à ce qu’on se couche devant lui, d’où une fuite en avant.

Le problème du classement Wikio (politique) est un vrai paradoxe. Dans le classement des blogs politiques, catégorie où je pointe à la 83e place, c’est déjà ça me diriez-vous. Il y a des sites sur cette plate forme qui ne sont jamais sur le top 100 du jour, certains ne sont jamais arrivés dans le top 10 où je suis installé depuis ma venue ici, mais, qui sont mieux classés que moi chez Wikio. Ce n’est pas Wikio le problème, mais certains blogueurs connus. ( voir classement WordPress)

 

Wikio

Il suffit que le fameux malappris Versac mette un lien qui pointe sur votre blog et, comme un tour de magie, il explose dans ce classement. Alors, le monsieur en use pour mettre au pas des blogueurs faibles, incapables de se battre par leurs propres moyens et incapables d’assurer leurs idéaux.

C’est ainsi que certains, pas tous, font un chantage indescriptible sur les autres. Les premiers inscrits sont les mieux servis dit l’adage ? En effet, mieux « t’es là avant, mieux c’est ». Qu’est-ce à dire ?

Des blogs amis inscrits depuis des années restent en haut de l’affiche et pour cause. Ils ont accumulé assez de points et empêchent à coup de liens amis aux autres d’éclore. Quelle triste réalité ? Mais non, certains nigauds le savent mais, font la cour aux grands, tout comme des caniches de Bush. Suivez mon regard.

 

PARALLAX. 

JOHN McCAIN EST UN DANGEREUX ILLUMINE.

ÉLECTIONS AMÉRICAINESJohn McCain, un dangereux illuminé
Parce qu’il pense que les Etats-Unis sont « la plus grande force de bien dans l’histoire de l’humanité », le candidat républicain pourrait être un président plus dangereux que George Bush, prévient le chercheur britannique Anatol Lieven*.
John McCain
AFP

Il semble peut-être incroyable de dire une chose pareille compte tenu des expériences passées mais, dans quelques années, c’est peut-être avec nostalgie que l’Europe et le monde repenseront à l’administration Bush. Ce sera le cas si les Etats-Unis élisent John McCain en novembre prochain. Au cours des dernières années, les Etats-Unis ont créé des poudrières dans différentes parties du monde. Et le Parti républicain est aujourd’hui sur le point de désigner comme candidat une allumette susceptible de mettre le feu aux poudres. Le problème que pose John McCain vient de son idéologie, de sa politique et surtout de sa personnalité. Son idéologie, comme celle de ses principaux conseillers, est celle d’un néoconservateur. Il était par le passé considéré comme un conservateur de la vieille école, un réaliste. Actuellement, les réalistes qui figurent dans son équipe n’ont plus qu’un rôle décoratif.

Poussé en partie par son intense engagement en faveur de la guerre d’Irak, John McCain s’appuie sur des néoconservateurs comme William Kristol, de l’hebdomadaire Weekly Standard, qui est un ami proche. En politique étrangère, il a pour principal conseiller Randy Scheunemann, autre néoconservateur en vue et fondateur du Comité pour la libération de l’Irak. John McCain partage leur foi dans ce que William Kristol appelle « le conservatisme de grandeur nationale. » Il est persuadé que « les Etats-Unis sont le pays indispensable parce que nous nous sommes avérés être la plus grande force du bien dans l’histoire de l’humanité… nous avons fermement l’intention de continuer à utiliser notre primauté dans les affaires mondiales pour le bénéfice de l’humanité. » « J’instituerai une politique que j’appelle ‘réduction des Etats voyous’. J’armerai, j’entraînerai et j’équiperai des forces qui finiront par renverser le gouvernement en place et instaureront un gouvernement démocratiquement élu », avait, pour sa part, déclaré John McCain en 2000, en se fondant sur le programme néoconservateur d’instauration de la démocratie par la force. John McCain souhaite d’ailleurs qu’on attaque l’Iran si nécessaire pour l’empêcher de développer des armes nucléaires. Il a été filmé, en 2007, en train de chanter « Bombardez, bombardez l’Iran » sur l’air de Barbara Ann des Beach Boys.

Tout cela ne serait pas aussi inquiétant si John McCain n’était pas connu pour sa promptitude à s’enflammer devant les insultes – véritables ou supposées – adressées à lui-même ou au pays. « Depuis que je suis ici, je n’ai connu aucun président avec un caractère pareil », explique le sénateur républicain Thad Cochran. Voilà pourquoi ce ne sont pas seulement les électeurs américains qui devront mettre à profit les neuf mois à venir pour réfléchir aux conséquences d’une élection de John McCain à la tête des Etats-Unis. Les gouvernements européens doivent aussi se poser la question et songer à la façon d’empêcher un gouvernement McCain de poursuivre une politique incendiaire, ou si nécessaire de protéger l’Europe des conflagrations qui en découleraient.

* Auteur de Le Nouveau Nationalisme américain (éd. Folio Essais, 2006)

Anatol Lieven
Financial Times