QUAND LA COCUE HILLARY CLINTON SE VOIT CHEF.

Hillary Clinton n’est plus à la contradiction près. Chaque jour davantage, elle déblatère des insanités à n’en plus finir. Aujourd’hui, elle nous joue la symphonie de la gagnante.
C’est à croire vraiment que l’hôpital se moque de la charité. Loin derrière le sénateur métis de l’Illinois, la sénatrice de New York et ex première dame des Etats-Unis n’arrête pas de dire aujourd’hui qu’il faut un ticket gagnant avec Obama, le présentant à la limite comme un simple challenger.
Je crois bien que cette femme est devenue folle. La stratégie de son équipe est démontée par Barack Obama qui s’étonne de la versalité des discours d’Hillary Clinton elle-même, et des déclarations à l’emporte pièce de ses équipes.
Quelques nuages des phrases de Barack Obama:
– « J’ai gagné plus de voix que la sénatrice Hillary Clinton, j’ai plus de délégués, donc je ne comprends pas comment une personne qui est en seconde position peut proposer d’être vice-président à celui qui est en première position ».
« Le staff d’Hillary Clinton vient de passer les deux ou trois dernières semaines à dire ‘eh bien nous ne sommes pas sûrs qu’il soit prêt’. Je ne comprends pas. Si je ne suis pas prêt, comment pouvez-vous penser que je serai un grand vice-président? ».
Or ceux qui suivent bien cette longue primaire au parti démocrate, savent très bien que demain, lors des primaires dans le Mississipi, si Barack Obama gagne, mathématiquement, Hillary Clinton est KO. Que veut-elle insinuer en jouant la carte foireuse du ticket: Clinton-Obama ? C’est mieux Obama-Clinton, non ? Même si je doute. Le meilleur ticket à mon avis c’est Obama-Edwards, même comme ce dernier ne s’est pas encore prononcé en faveur de l’un ou de l’autre.
PARALLAX.