BARACK OBAMA, UNE ASCENSION METEORIQUE QUI AFFOLE LES RACISTES.

[19106316.jpg]« In Obama we trust – Barack Obama the hope » !

Ces slogans ne cesse de monter, de surmonter, de noyer toute la propagande infernale des uns et des autres qui au départ, ont eu la malencontreuse idée que c’était du bluff, pire même, que la campagne auprès des jeunes très actifs et prêts pour le sacrifice était un leurre.

Hillary Clinton en fait les frais aujourd’hui. Ce que je reproche à la presse hexagonale, c’est ce manque de déontologie, de professionnalisme. Sous prétexte sans doute d’informations à flux tendu, elle n’explique plus rien, qui, à ses auditeurs, qui, à ses téléspectateurs, qui, à ses lecteurs.

LA VERITE SUR LE TEXAS.

Hillary Clinton a gagné au Texas scande la presse à qui veut l’entendre. Or, savez-vous qu’au Texas justement, le jeune sénateur de l’Illinois a eu plus de délégués qu’Hillary Clinton ? Pourquoi donc me demanderez-vous ? Grâce simplement aux caucus. A cet effet d’ailleurs, l’ex first lady critique vertement cette façon de voter en allant se « planquer » dans un coin. Ce n’est surtout pas son « Hussein m’a tuer » qui est à l’origine de cette façon de faire.

DEMISSIONS EN CASCADE.

Le magazine RollingStone, ne s’est pas trompé en faisant sa UNE sur le phénomène politique américain qui casse tout sur son passage malgré les peaux de banane, en titrant: The new hope (le nouvel espoir) et en intitulant son article, machinary of hope (les rouages de l’espoir).

Dépassé par les évènements, ont a vu récemment Geraldine Ferraro perdre les pédales en se lançant dans une diatribe raciste. Et que disent les dépêches en France ? Rien ou presque. Peut-on attendre quelque chose de pâtant ? Non. On se souvient du tollé soulevé par les déclarations de l’universitaire Samantha Power (Blanche) qui avait traité Hillary de « monstre » et qui fut contrainte à la démission.

Le Point : une proche de Clinton démissionne après ses propos sur Obama.

Ainsi va la campagne démocrate us, où les coups bas du clan Clinton se transforme en cauchemar pour eux-mêmes. Vous avez dit effet boomerang ? Personne n’a sans doute oublié aussi, les propos déplacés de Bill Clinton en janvier. C’est sûr, il n’est pas raciste mais quand même.

PARALLAX.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :