AU SECOURS, JEAN SARKOZY SE DROGUE-T-IL ?

L'un des fils de Nicolas Sarkozy, Jean, le 6 mai 2007 à Paris

Joel Saget AFP/Archives ¦ L’un des fils de Nicolas Sarkozy, Jean, le 6 mai 2007 à Paris

Quelle histoire !

Belle connerie surtout. Anormalement osée. Oui, la nouvelle édile de Neuilly, reçue en grande pompe sur les plateaux télé, Conseiller général des Hauts de Seine, serait addict à la drogue. Des médicaments, du haschich, ou simplement fume-t-il comme ta vieille cheminée ?

Eh bien non. Apparemment, l’exubérant ne se lasse pas, lors des soirées people qu’il affectionne, de sortir de sa poche, une petite poudre blanche. Non, ce n’est pas de la farine, encore moins de l’aspirine écrasée mais bel et bien de la drogue. De la drogue dure ça va de soi.

Quelle belle leçon !

Mais bien évidemment, c’est un exemple, reçu au Crif, adoubé par tous. Il serait même encadré ces derniers temps par un gourou personnel pour perfectionner son hébreu car, lui, ne souhaite pas rester catholique dit la rumeur. Cécilia a eu raison de faire fuir son fils entre l’antre de la drogue et du bling bling.

La preuve par l’image ?

Pas de souci, il suffit de cliquer sur ce nom, JEAN SARKOZY, et vous verrez le bel exemple. Trop fort les Sarkozy !

N’oublions pas bien évidemment que le dandy a un procès en cours. Elle est décidément belle la France, celle de Sarkozy bien sûr où le népotisme et le favoritisme file à la vitesse de Lewis Hamilton.

PARALLAX.

HILLARY CLINTON DE PLUS EN PLUS FOLLE.

Hillary Rodham Clinton se rend à pied à un vote sur Capitol Hill le à Washington. (Photo : AFP)

Le vent semble tourner en faveur du sénateur de l’Illinois, Barack Obama. Pour tenter de se relancer, la candidate Hillary Rodham Clinton, à l’origine de la question raciale dans la course démocrate pour la désignation du candidat à la candidature, a voulu calmer le jeu mais, elle vient d’être reprise par ses vieux démons.

De voir le Ku Klux Klan apporter son soutien à Barack Obama, ICI, est un fait sans précédent lorsqu’on sait très bien ce que ces gens ont fait vivre aux Noirs. Barack Obama s’est désolidarisé des déclarations de son ancien pasteur, le révérend Jeremiah Wright de la Trinity United Church of Christ à Chicago qui a déclaré que les Noirs devraient dire « Que Dieu maudisse l’Amérique »…

 

 

Jeremiah Wrigth et Barack Obama 

 Finalement, du réchauffé.

Ô surprise, aujourd’hui, pour rebondir, malgré l’accord d’un débat avant la primaire de Pennsylvanie du 22 avril, Hillary et ses conseillers, débordés par le « racisme »qu’ils ont voulu mettre en avant pour insiter les Blancs a porter leur vote sur l’ex first lady, sortent maintenant une nouvelle botte secrète, le sexisme. Ceci risque encore de faire psitt.

J’ai fait faux bond à Allain Jules pour le Café des blogs hier. Je suis désolé. Lire le compte rendu >>>> CDB.

PARALLAX.