DONNA EDWARDS : L’AUTRE OBAMA.

Le 17 juin 2008, le Maryland a élu sa première femme noire au Congrès, en la personne de Donna Edwards, avocate démocrate. Elle a battu le républicain Peter James dans la course

Donna Edwards
Donna Edwards
© Ap

pour remplacer le républicain Albert Wynn, qui a quitté ses fonctions le 31 mai, dans son siège du 4e District.

Donna Edwards, 49 ans, siégera donc à sa place le reste de l’année. Peter James a également gagné les primaires de son parti en février, ce qui signifie que les deux adversaires se retrouveront pour les élections générales en Novembre. « En toute humilité, je suis reconnaissante et je suis très excitée », a déclaré la nouvelle membre du Congrès devant une foule d’une centaine de personnes réunies à Lanham après sa victoire. « J’investis mon nouveau bureau dés qu’ils me donnent les clés », a-t-elle ajouté. Elle a prêté serment le 19 juin, pour commencer à travailler immédiatement.

Sa victoire porte à 236 sièges démocrates à la Chambre des Représentants, contre 199 républicains. Si elle est également élue en novembre, elle pourra se prévaloir d’une certaine ancienneté. Six mois passés à la Chambre des Représentants pourrait lui donner un certain avantage sur les autres nouveaux entrants.

Donna Edwards a notamment dirigé la fondation Arca, une association à but non lucratif. Sa victoire de février était son deuxième essai ; elle avait perdu contre Albert Wynn en 2006, à quelques voix près. Cette fois, elle l’a très largement emporté, avec 93% des voix, ne laissant que 6% à son adversaire. Mais celui-ci ne se laisse pas abattre. « Je pense que les choses vont se décanter. J’ai cinq mois pour changer tout ça », a-t-il déclaré, optimiste pour les élections de novembre.

Selon Jennifer Hafner, directrice de recherche aux Archives de l’État du Maryland, le premier Afro-américain à avoir été élu au Congrès était Parren Mitchell, dont le mandat a couru de 1971 à 1987.

Source: AP

McCain va tuer Oussama Ben Laden….enfin !

C’est assez amusant ce qu’on découvre avec la campagne présidentielle américaine. Entre Barack Obama qui chaque jour davantage joue de surenchère, mettant à mal la campagne de John McCain qui sera sans doute accusé de sénilité après sa sortie d’hier, rien n’est toutefois pas joué.

Hier, le candidat républicain à la présidentielle, a affirmé sans rire je cite:  «Je serai clair : sous mon administration, Oussama Ben Laden sera soit tué sur le champ de bataille ou exécuté».

Quand on sait qu’en réalité, suite à ses problèmes recurrents de santé, Oussama Ben Laden, qui devait supporter une dialyse constamment pour tenir ne pouvait le faire dans les montagnes de Bora-Bora, quand on sait qu’après la déclaration d’une personnalité pakistanaise comme l’ex premier-Ministre Benazzir Buttho qui annonça sa mort avant la sienne propre, on ne peut que se gausser du pauvre McCain.

Barack Obama a eu la stratégie la plus bénéfique en jouant à être plus radical que d’habitude les démocrates sur des sujets sensibles comme l’Iran ou Israël, du moins, plus intransigeant que l’administration Bush, d’où l’inquiétude de McCain qui commet gaffes sur gaffes et incohérence.

Les sondages qui se multiplient, mettent toujours le jeune sénateur de l’Illinois, en tête. Pourvu que McCain qui s’est déclaré outsider, ne lui vole pas la vedette le jour J, comme lui, Barack Obama, a fait à Hillary Rodham Clinton.

Lire la suite >>> en Hommage à A2N qui a perdu sa mère.

PARALLAX.