VOICI LE PREMIER MINISTRE ISRAELIEN.

israelaugust15aweb

Vous connaissez le facho Avidgor Lieberman ? Eh bien, il vient de choisir son pote extrémiste sur la photo, Benjamin Netanyahu. Il ne fait plus de doute, c’est bel et bien le futur premier-ministre israélien.

 

QUAND ISRAËL PERD LA BOULE

Après sa décision liée à une trêve seulement en cas de libération du caporal franco-israélien, Gilad Shalit, Israël semble vivre au sein même de ses instances, un véritable drame. La désunion pointe son nez. Comment en pouvait-il en être autrement ? Ainsi, on apprend que Olmert est désavoué, tel général aussi, un autre se lâche en accusant son pays d’avoir trahi…..l’Egypte etc.

C’est le monde à l’envers. Une crise de lucidité semble naître peu à peu. Selon le quotidien suisse, Le Temps, Israël, en 24 h, vient de changer d’avis. Il veut désormais libérer un millier de prisonniers du Hamas, en échange de Gilad Shalit. Mais, semble-t-il, le Hamas a rejeté cette proposition. C’est vrai que, avec plus de 12000 prisonniers dans les gêoles israéliennes, c’est vraiment la connerie, 1000 personnes.

Où le bât blesse, c’est que dans les prisonniers Palestiniens, entre femmes, enfants, et vrais résistants du Hamas, il y a une telle confusion que, finalement, ce sont tous des innocents. Pourtant, l’autre, Gilad Shalit, est un prisonnier de guerre. La Palestine et Israël sont en guerre, non ? Pire, ce dernier a été arrêté en territoire palestinien.

Il n’y a plus de doute possible, comme le mentionne d’ailleurs certains observateurs, le Hamas est plus que vainqueur des derniers affrontements. Le pauvre Fatah qui ne veut pas rester en  reste s’exprime aussi. Mais, trop de gens oublient que cette guerre contre Gaza avait pour but la libération de ce soldat sulbalterne. Et, beaucoup de personnes oublient, ou semblent oublier que le sieur Abou Mazen aka Mahmoud Abbas, n’est plus président de l’Autorité palestinienne depuis le 6 janvier dernier. Il est imposé. Simplement, par ceux qui se nomment « communauté internationale ».

Peut-être que, les dirigeants israéliens perdent de plus en plus la boule avEc ce rapprochement syro-américain[FR]. Oui, Bashar al-Assad n’est plus un pestiféré.

PARALLAX.

LES POLITICIENS ISRAELIENS SONT MEDIOCRES !