OMAR BONGO DANS DE BEAUX DRAPS.

Le président gabonais Omar Bongo est rattrapé par la justice, dans une affaire qui l’oppose à un chef d’entreprise: ses comptes français ont été saisis, soit environ 4 millions d’euros.

Des comptes bancaires français d’Omar Bongo ont été saisis à la suite d’une condamnation en septembre 2008 du président gabonais par la cour d’appel de Bordeaux, a-t-on appris ce jeudi auprès de l’avocat du plaignant.

Le 29 septembre, la cour d’appel de Bordeaux avait condamné Omar Bongo à verser 457 347 euros au fils d’un chef d’entreprise français qui avait dû payer cette somme pour faire libérer son père détenu à Libreville, selon Me Jean-Philippe Le Bail, l’avocat du chef d’entreprise René Cardona.

Cette somme a atteint entre-temps, avec les intérêts, plus d’un million d’euros, a précisé l’avocat, confirmant une information révélée ce jeudi par le quotidien régional Sud-Ouest.

« Les comptes détenus par Omar Bongo dans deux banques françaises ont été saisis. Il s’agit du Crédit Lyonnais -dans lequel le président gabonais possède deux comptes de dépôt, deux comptes sur livret et un compte-titre- et de comptes à la BNP, où il possède deux comptes-chèque, un compte-épargne et un compte-titre », a indiqué Me Le Bail. « Sur l’ensemble de ces comptes il y a un peu plus de 4 millions d’euros, sous réserve des opérations en cours », a ajouté l’avocat.

En 1996, René Cardona avait été emprisonné, suite à un différend avec le chef de l’Etat gabonais à qui il avait vendu sa société d’armement et de pêche. L’entrepreneur français n’avait été libéré qu’après le versement par son fils de 300 millions de francs CFA (soit 457 347 euros) sur le compte personnel d’Omar Bongo.

Source: ICI

Et puis, toujours dans le même numéro de l’Express, Dieudonné est attaqué sauvagement[fr] par une certaine Julie Joly, ça ne s’invente pas. Il y a aussi un grand dossier sur les supposés réseaux antisémites. Et eux, ils font donc quoi aux autres s’ils estiment que ces derniers les détestent, rien ?

CLINT EASTWOOD SOUTIEN DIEUDONNE !

Clint Eastwood

Clint Eastwood

Clint Eastwood, l’acteur-réalisateur américain oscarisé 5 fois, est un adepte de bons films comme on sait. Il lui a d’ailleurs été reproché, qu’il n’y avait jamais de noir dans ses films. C’est Spike Lee, le réalisateur africain-américain qui l’affirme. C’est un peu vrai. Pour rectifier cet écart, Eastwood va tourner un film, sur la pacification apporté en Afrique du Sud par Nelson Mandela. Il a déclaré qu’il n’allait pas le rendre blanc.

 

En pleine promotion de son nouveau film, « Gran Torino », sorte de remake de l’inspecteur Harry du « Dirty Harry », c’est à dire lui-même il y a…38 ans, il revisite le racisme. Ainsi, il déclare que le « politiquement correct » l’exaspère. Ce film est la représentation de la discrimination.

Ce film le présente comme un raciste qui méprise les asiatiques, les latinos et les noirs. Il déclare que les indignations sont devenues tellement stupides et ridicules que, ça devient à la limite, suspect. Il a bien raison. L’autodérision est bien, aussi, en brocardant les autres, il faut accepter qu’ils le fassent aussi à votre encontre.

Puis, en substance, il dit que se moquer des autres, même de lui-même en premier, c’est à dire les blancs, est légitimes. Il regrette l’hystérie actuelle, ce retour à l’inquisition à géométrie variable. Il déclare à cet effet qu’avant, chacun avait son « Sam le juif » ou son « José le mexicain ». Aujourd’hui dit-il, c’est impossible.

Mon cher Clint, Dieudonné en sait quelque chose et, nous vous en sommes gré !

PARALLAX