SUCCES STORY !

POLÉMIQUE. L’humoriste a donné, comme prévu, deux représentations de son spectacle… sur un parking

 

Dieudonné a garé son car à La Rochelle

Dieudonné au volant du car à la fin du spectacle, le temps d'une dédicace. (Photo pascal Couillaud)
Dieudonné au volant du car à la fin du spectacle, le temps d’une dédicace. (Photo pascal Couillaud)

Le spectacle de Dieudonné a bien eu lieu hier soir à La Rochelle. Non pas à l’Espace Encan, comme prévu de longue date, mais sur le parking d’un centre commercial à Bongraine, à la périphérie de la ville.

C’est à cet endroit que s’est garé la scène mobile de l’humoriste, un car orné d’affiches et de portraits, au terme d’une partie de cache-cache qui a mené les spectateurs passagers – et l’escorte de voitures de police – du parking de l’Aquarium à celui du Musée maritime pour finir devant un supermarché.

De quoi dérouter d’éventuels opposants à la venue de Dieudonné. Ces derniers ont d’ailleurs préféré manifester leur mécontentement par simple communiqué, ou par courrier adressé au maire Maxime Bono, dont l’arrêté municipal a été invalidé jeudi par le tribunal administratif de Poitiers, pour entrave à la liberté d’expression (notre édition d’hier).

D’autres ont opté pour des actions symboliques, à l’image d’Olivier Falorni, secrétaire de la fédération du Parti socialiste en Charente-Maritime et professeur d’histoire, qui a modifié son cours en projetant à ses élèves le film de Roberto Begnini, « La vie est belle ». Seul un couple de personnes âgées a accueilli le car devant le Musée maritime avec des pancartes clamant « Dieudonné, va te faire voir ailleurs ».

Publicité gratuite

L’intéressé, lui, n’était même pas là. Suivant le car dans un 4×4 aux vitres teintées, lui-même suivi par les policiers susnommés, il a rejoint ces spectateurs directement sur le parking de Bongraine. La publicité gratuite procurée par l’arrêté municipal et son annulation a garanti un nombre de réservations inespéré : deux représentations ont été nécessaires – à 25 euros l’entrée – pour contenter les quelque 140 spectateurs présents, de tous âges, dont certains sont venus de Toulouse. Un succès qui apporte de l’eau au moulin de Dieudonné.

« Cet arrêté municipal était odieux, injuste et raciste. Pour moi, c’est une décision hautement symbolique au regard de l’histoire et du passé négrier de La Rochelle », commentait-il à la sortie de la première représentation, après une longue séance de dédicaces.

Une déclaration qui ne devrait pas améliorer ses relations avec la municipalité. D’autant que ce dernier, fort de la décision du tribunal de Poitiers, a bien l’intention d’attaquer l’Espace Encan si celui-ci persiste à lui fermer ses portes.

Auteur : Frédéric Zabalza
Source: SUD OUEST

 

Publicités