SANDRINE : LE CARTON QUEBECOIS !

Boycotté en France, Dieudonné a reçu un chaleureux accueil de la part du public québécois lors de la présentation au Théâtre Corona de son nouveau spectacle, Sandrine.

Délaissant quelque peu la politique, l’humoriste se fait dénonciateur des injustices sociales à travers l’histoire de Sandrine, qui fait suite au Divorce de Patrick.

«Ce spectacle ne traite de rien. J’ai écrit un spectacle complètement aseptisé, a-t-il lancé, confortablement installé dans sa chaise berçante. Je ne veux plus d’emmerdements. Je m’autocensure. J’essaie de me soigner.»

On y a presque cru, l’espace d’un court moment. C’était bien avant qu’il n’aborde les relations hommes-femmes, plus précisément la violence conjugale.

Un thème qui a pris un tournant des plus décapants alors qu’il a notamment créé sur scène le MIF, Mouvement contre l’impérialisme féminin. Un sketch un brin misogyne, mais de trop nombreux pays tiennent encore un discours réducteur à l’endroit des femmes.

Responsabilité d’auteur

Dieudonné n’a pas perdu son mordant, même s’il a cru bon de se justifier et de présenter ses plus sincères excuses après ce numéro plutôt provocant.

«Je tiens à prendre mes distances avec le contenu des répliques de certains de mes personnages», a-t-il lancé, avouant néanmoins ne pas renier sa responsabilité d’auteur. Des explications qui se sont avérées inutiles, les spectateurs ayant déjà bien compris le message.

Boudé au Festival Juste pour rire, il en a profité pour décocher quelques flèches à l’endroit de Gilbert Rozon, qu’il a qualifié d’«inventeur de l’humour jetable».

Le fondateur du festival a expliqué son absence de la programmation par les positions «de plus en plus indéfendables» de l’humoriste. Patrick Bruel a également eu droit à quelques clins d’oeil assassins. Inutile de rappeler toute la polémique entourant Dieudonné, qui a joyeusement traité le chanteur de «militaire israélien» lors d’une émission diffusée en 2006.

Au nom de la liberté d’expression

Lors du dernier Gala Les Olivier, Jean- François Mercier a répondu aux critiques ayant fait mention d’un certain manque d’humour au second degré dans le paysage québécois: «Quand quelqu’un en fait, c’est l’fun d’avoir l’intelligence de s’en apercevoir.»

La liberté d’expression avait pour nom Dieudonné hier soir et le public présent était de toute évidence assez dégourdi pour saisir l’ensemble des subtilités présentes dans le discours ravageur de l’humoriste.

Sandrine se veut une descente au cœur de l’immoralité et de la décadence, où il faut toutefois savoir déceler un juste portrait contemporain.

Les représentations au théâtre Corona, qui ont commencé le 10 juin, se terminent ce soir.

Source: Canoe.com

Publicités

Une Réponse

  1. Ahhh, j’y étais le samedi 13!! Et comme je l’ai subtilement notifié sur mes réseaux sociaux, ce fut une rencontre torride avec Sandrine ce samedi la! Manque de bol je n’ai pu féliciter l’artiste après sa représentation, et rire une seconde fois de sa vanne sur le Cameroun, dont je suis originaire également.
    C’est bien assez triste ce qui arrive à cet humoriste sérieux dans son art (si tant est que l’on puisse l’être XD ), et même si certains se plaisent à combattre le bon plaisir de rire au nom des convictions ethniques, politiques ou religieuses, un public de plus en plus au faite du sort qui est fait sien se lèvera toujours pour une standing ovation bien méritée, comme ce samedi la.

    Vas de l,avant, Dieudonné.

    A.A.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :