SARKOZY LE SUSCEPTIBLE FUIT LE GABON !

Humilié, hué et insulté par certains Gabonais, le président français a pris la poudre d’escampette. Allons Nicolas, ne soyez pas aussi susceptible. Il est arrivé tout à l’heure en France, son avion vient d’atterrir à Villacoublay.

POURQUOI MANUEL VALLS NE POSE-T-IL PAS CES QUESTIONS ?

J’ai lu ici et là que le député-maire d’Evry, l’immigré catalan donc blanc Manuel Valls, avait fauté (voir vidéo en dessous). Mais, il va dans mon sens aussi bizarre que ça puisse paraître. De prime abord, j’ai été choqué avec sa sortie, considérant qu’il estimait que les noirs donnaient une très mauvaise image de sa putain de cité, de sa sublime ville sa mère.

Mais, finalement, au lieu de crier avec les loups, n’est-il pas plus exact de renverser ses interrogations en lui posant, non, en lui demandant de poser un certain nombre de questions puisqu’il parle de mixité sociale, de mélange donc ? Une mixité sociale sa grand-mère, si vous voyez ce que je veux dire. Ne soyez pas surpris de ma prose du jour, je m’entraîne à parler français-banlieue…

Revenons à nos moutons. Valls est considéré comme monsieur « sans langue de bois ». Quand on l’entend sur la sécurité et consorts, on a toujours l’impression qu’il règle « ses » comptes avec l’immigration, la sienne qui serait une réussite par sa naturalisation dans les années 1980 et son parcours, confrontés ou du moins comparés à la série en dents de scie des Africains blancs ou noirs.

1-) Alors, pourquoi Valls n’insiste-t-il pas sur la fin du monocolorisme (néologisme) à l’Assemblée ? Celà rendrait-il ou donnerait-il au Palais Bourbon une mauvaise image ?

2-) Et si on parlait télévision: pourquoi n’insiste-t-il pas, lui, spécialiste de la mixité, pour qu’il y ait plus de noirs et d’arabes dans les chaînes de télévision, surtout publiques ou considérées comme tel. 

3-) Le Maire d’Evry et député de l’Essonne[fr] a 16 adjoints dont 2 noirs et 1 arabe. Mais pourquoi ne commence-t-il pas à appliquer cette mixité chez lui ? Je pose la question parce que parmi ces 3 personnes, la première vient en 6e position, la seconde en 11e et la dernière en 15e position dans la hierarchie. Je croyais qu’ils étaient majoritaire dans la ville….hum.

4-) Prenons enfin l’exemple de Neuilly: la ville qui refuse de construire des HLM, constamment épinglée et qui joue à la résistance, et pourtant, Manuel Valls, le gai catalan, n’a jamais posé, osé poser la question. C’est vrai qu’en ce moment, il miroite semble-t-il, un poste ministériel.

Je n’ai rien contre ce monsieur mais, il faut que ce poker menteur qu’on nous sert tous les jours alors que le communautarisme de l’élite blanche est criard cesse.

PARALLAX 

Exclusif: vidéo Dieudonné « Sandrine »

51804

LES 10 ROIS D’AFRIQUE !

N ° 10: Le président Zine Al-Abidine Ben Ali de Tunisie

Zine Al-Abidine Ben Ali

 

Ben Ali : 21 ans

Le Président Zine el-Abidine Ben Ali est arrivé au pouvoir en novembre 1987, suite à un coup d’Etat sans effusion de sang.

Il a succédé à Habib Bourguiba, jugé inapte à la fonction présidentielle pour cause de « sénilité. »

Zine el Abidine Ben Ali a marqué le 21ème anniversaire de son accession au pouvoir en libérant 44 prisonniers politiques.

 

N ° 9: Le Président Blaise Compaoré du Burkina Faso

Le président burkinabé, Blaise Compaoré

 

Blaise Compaoré : 21 ans

Un certain mystère entoure encore les circonstances de la mort du prédécesseur et ami de Blaise Compaoré, le capitaine Thomas Sankara.

Une chose est sûre : après l’assassinat, le 15 octobre 1987, de « Sankara le rebelle » par un groupe de soldats, Blaise Compaoré s’est emparé du pouvoir.
Depuis, il a remporté trois élections présidentielles, arrivant en tête lors du dernier scrutin, en 2005, avec 80% des suffrages.

 

N ° 8: Le Roi Mswati III du Swaziland

Le Roi Mswati III du Swaziland

 

Le Roi Mswati III du Swaziland : 23 ans

Le roi Mswati a accédé au trône en avril 1986 ; en tant que fils du roi Sobhuza, il était l’héritier du trône swazi.

Mais il a fallu trois ans après la mort de son père pour qu’il soit installé sur le trône.

Monarque absolu, il a un goût modéré pour les élections. Sous son règne, les partis politiques restent interdits.

 

N ° 7: Le Président Yoweri Museveni de l’Ouganda

Le Président Yoweri Museveni de l'Ouganda

 

Le Président Yoweri Museveni de l’Ouganda : 23 ans

Après plusieurs années dans le maquis, l’ex-officier Yoweri Museveni a conduit au pouvoir l’Armée Nationale de Résistance, en janvier 1986.

Il a renversé Basilio Okello, qui avait lui-même renversé six mois auparavant Milton Oboté, lors d’un coup d’Etat militaire.

Yoweri Museveni a également remporté trois élections, mais c’est seulement lors du dernier scrutin, en 2006, que des candidats issus d’autres formations politiques ont été autorisés à se présenter à l’élection présidentielle.

 

N ° 6: Le Président Paul Biya du Cameroun

Le Président Paul Biya du Cameroun

 

Le Président Paul Biya du Cameroun : 26 ans

En Novembre 1982, le premier président du Cameroun, Ahmadou Ahidjo, a officiellement démissionné pour cause de maladie et remis le pouvoir à son premier Ministre, Paul Biya.

Depuis, ce dernier a remporté cinq élections, ce qui – selon l’opposition – n’est pas surprenant, étant donné que les résultats ont toujours été « retouchés » par des cadres du parti au pouvoir.

 

Le Président égyptien Hosni Moubarak

Le Président égyptien Hosni Moubarak

 

Le président égyptien Hosni Moubarak : 27 ans

Hosni Moubarak s’est emparé du pouvoir après l’assassinat du président Saddate par des militants islamistes, en octobre 1981.

Il a été confirmé comme président à la suite d’un référendum.

Lors de la dernière élection en 2005, il a réalisé un score de 88% des suffrages.

Une rumeur persistante circule au Caire au sujet de son fils Gamal, que le Président préparerait à lui succéder.

 

N ° 4: le Président Robert Mugabe du Zimbabwe

Le Président Robert Mugabe du Zimbabwe

 

Le Président Robert Mugabe du Zimbabwe : 29 ans

Le monde a applaudi quand, après avoir mené une longue guerre de guérilla, Robert Mugabe a conduit son parti, la Zanu, à la victoire lors des élections de février 1980, consécutives à l’accession du Zimbabwe à l’indépendance.

Mais il a beaucoup perdu de son aura aujourd’hui et l’opposition l’accuse de mener son pays à la destruction, en s’accrochant au pouvoir.

Il conserve les rênes d’un pouvoir qu’il s’est vu contraint de partager avec un premier ministre, Morgan Tsvangirai, issu de l’opposition.

 

N ° 3: Le Président José Eduardo dos Santos de l’Angola

Le Président José Eduardo dos Santos d'Angola

 

Le Président José Eduardo dos Santos d’Angola : Près de 30 ans

Le président José Eduardo dos Santos a pris le pouvoir après la mort du premier président de l’Angola, Agostinho Neto, en septembre 1979.

Mais pour la plupart du temps, il n’a dirigé que la moitié du pays, l’autre moitié ayant été contrôlée par l’Unita, le mouvement rebelle de Jonas Savimbi.

Avec la fin de la guerre et la défaite de l’Unita lors des élections législatives de l’année dernière, des voix se sont élevées pour réclamer une élection présidentielle. Aucune date n’a encore été fixée pour ce scrutin.

 

N ° 2: L’Equato-guinéen Teodoro Obiang Nguema

N ° 2: L’Equato-guinéen Teodoro Obiang Nguema

 

L’Equato-guinéen Teodoro Obiang Nguema : Près de 30 ans

Le Président Teodoro Obiang Nguema est arrivé au pouvoir en août 1979 dans un style classique, après avoir déposé son oncle, Macias Nguema, qui avait fui, avant d’être capturé puis exécuté.

En dépit des revenus générés par l’exploitation du pétrole, 60% de la population vivent avec moins d’un dollar par jour.

Mais ils semblent éprouver un amour indéfectible pour leur président, puisqu’ils étaient 97% à le plébisciter lors de la dernière élection, en 2002.

 

N ° 1: Le président Mouammar Kadhafi de Libye

Le président Mouammar Kadhafi de Libye

 

Le Colonel Mouahammar Khaddafi de Libye : 39 ans

… Et la palme revient au doyen incontesté des chefs d’Etat africains, tout juste couronné après la mort du chef d’Etat gabonais, le dirigeant libyen, Mouammar Kadhafi, arrivé au pouvoir une décennie avant son dauphin de la Guinée Equatoriale.

Le colonel Kadhafi s’est emparé du pouvoir en septembre 1969, créant ensuite son propre système politique, dont les grandes lignes ont été consignées dans le Livre Vert. Il est resté au pouvoir depuis.

L’année dernière, il a été fait « roi des rois » lors d’une réunion de chefs traditionnels africains.

Source: BBC Afrique.

OBAMA POV’CON ?

J’ai toujours soutenu Barack Obama, poiur preuve, il y a une galerie photo à lui dédiée. Mais, je suis surpris qu’il se dise inquiet au sujet des évènement qui se déroule en ce moment en Iran. J’exècre J’estime Mahmoud Ahmadinejad et, ce ne sont pas les occidentaux qui vont quand même faire une élection en Asie, au Golfe persique. 

Les iraniens contrôlent-ils les élections allemandes, américaines ou françaises ? Revenons à Barack Obama. Il poursuit en déclarant qu’il espère qu’il n’y aura pas de sang versé. C’est mort. C’est fait. Mais, tout ceci est la résultante du fait que Moussavi sait qu’il est soutenu de l’extérieur. Les deux millions de personnes qui sont descendues dans la rue l’ont fait à Téhéran. Téhéran n’est pas l’Iran. Il a gagné dans cette ville mais, les occidentaux ont sous-estimé la popularité du président sortant.

Notre ami Obama garde en revanche le silence sur le discours du petit nazi  de Tel-Aviv, Bibi Netanyahou, puisqu’il ose parler de « mouvement positif « . Quelle honte !

PARALLAX