SARKOZY FLATTE LES ANTILLES.

Encore un coup foireux. Finalement, le petit Nico se croit plus malin que tout le monde. Depuis qu’il avait annoncé à tous qu’il allait se rendre aux Antilles, visite mille fois repoussée, le voici qui nomme, enfin, une antillaise à un poste ministériel. Il était temps ? C’est de l’esbroufe car, il craint plus que tout, sa visite prochaine dans les petites Caraïbes.

Mais, au moment où le LKP remet une petite couche pour dénoncer les manoeuvres idiotes du gouvernement qui se moque d’eux depuis les pseudo accords signés avec les partenaires sociaux, Sarkozy a peur de sa tournée qui ne sera pas triomphale.

Milton Dassier dans son blog brosse le portrait de cette femme, Maris-Luce Penchard, fille de l’ex sous-ministre à lépoque de Jacques Chirac, Lucette Michaux-Chevry. Une drôle de promotion assez amusante. Il n’a pas du tout consulté les Antillais car, selon Milton Dasier, elle n’est pas vraiment une personne qui pèse.

On remarquera que Nicolas Sarkozy ne prend vraiment jamais des personnes compétentes qui pourraient faire contre poids à sa toute puissance. Il veut paraître beau, tout le temps et ne pas être contredit. Mais, le résultat des courses à lui tout seul est triste. Une équipe de faibles, de bras cassés, prêts à lècher les bottes de l’hyperprésident. Rien de nouveau sous le soleil.

Voici la liste du nouveau gouvernement de François Fillon annoncée mardi par le secrétaire général de l’Elysée Claude Guéant:

– Jean-Louis Borloo, ministre d’Etat, ministre de l’écologie, de l’énergie, du développement durable et de la mer, en charge des technologies vertes et des négociations sur le climat

– Michèle Alliot-Marie, ministre d’Etat garde des sceaux, ministre de la justice et des libertés

– Brice Hortefeux, ministre de l’Intérieur, de l’outre-mer et des collectivités territoriales

– Xavier Darcos, ministre du Travail, des relations sociales, de la famille et de la solidarité

– Eric Woerth, ministre du Budget, des comptes publics, de la fonction publique et de la réforme de l’Etat

– Luc Chatel, ministre de l’éducation nationale, porte-parole du Gouvernement

– Bruno Le Maire ministre de l’Alimentation, de l’agriculture et de la pêche

– Frédéric Mitterrand, ministre de la Culture et de la communication ;

– Michel Mercier, ministre de l’Espace rural et de l’aménagement du territoire

– Henri de Raincourt, ministre auprès du Premier ministre, chargé des relations avec le Parlement

– Christian Estrosi, ministre auprès de la ministre de l’économie, de l’industrie et de l’emploi, chargé de l’industrie

– Valérie Letard, secrétaire d’Etat auprès du ministre d’Etat, ministre de l’écologie et du développement durable

– Jean-Marie Bockel, secrétaire d’Etat auprès du ministre de la Justice et des libertés

– Hervé Novelli, secrétaire d’Etat chargé du Commerce, de l’artisanat, des petites et moyennes entreprises, du tourisme, des services et de la consommation, auprès de la ministre de l’économie, de l’industrie et de l’emploi

– Rama Yade, secrétaire d’Etat chargée des sports, auprès de la ministre de la santé et des sports

– Hubert Falco, secrétaire d’Etat à la défense et aux anciens combattants, auprès du ministre de la défense

– Nadine Morano, secrétaire d’Etat chargée de la famille et de la solidarité, auprès du ministre du ministre du travail, des relations sociales, de la famille et de la solidarité

– Pierre Lellouche, secrétaire d’Etat chargé des affaires européennes, auprès du ministre des affaires étrangères et européennes

– Nora Berra, secrétaire d’Etat chargée des aînés, auprès du ministre du travail, des relations sociales, de la famille et de la solidarité

– Benoist Apparu, secrétaire d’Etat, chargé du logement et de l’urbanisme, auprès du ministre d’Etat, ministre de l’écologie et du développement durable

– Marie-Luce Penchard, secrétaire d’Etat chargée de l’outre-mer, auprès du ministre de l’intérieur, de l’outre-mer et des collectivités territoriales

– Christian Blanc, secrétaire d’Etat chargé du développement de la région capitale auprès du Premier ministre

Par ailleurs, sont confirmés dans leurs fonctions:

– Bernard Kouchner, ministre des Affaires étrangères et européennes

– Christine Lagarde, ministre de l’Economie, de l’Industrie et de l’Emploi

– Patrick Devedjian, ministre auprès du Premier ministre, chargé de la mise en oeuvre du plan de relance

– Valérie Pécresse, ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche

– Hervé Morin, ministre de la Défense

– Roselyne Bachelot, ministre de la santé et des sports

– Eric Besson, ministre de l’Immigration, de l’Intégration, de l’Identité nationale et du développement solidaire

– Laurent Wauquiez, secrétaire d’Etat auprès de la ministre de l’Economie, de l’Industerie et de l’emploi, chargé de l’emploi

– Nathalie Kosciusko-Morizet, secrétaire d’Etat auprès du premier ministre, chargée de la prospective et du développement de l’économie numérique

– Dominique Bussereau, secrétaire d’Etat auprès du ministre d’Etat, ministre de l’Ecologie, de l’Energie, du Développement durable et de l’Aménagement du territoire, chargé des Transports

– Fadela Amara, secrétaire d’Etat auprès du ministre du Travail, des Relations sociales, de la Famille, de la Solidarité et de la Ville, chargée de la Politique de la Ville

– Alain Marleix, secrétaire d’Etat auprès de la ministre de l’Intérieur, de l’Outre-Mer et des Collectivités territoriales, chargé de l’Intérieur et des Collectivités territoriales

– Anne-Marie Idrac, secrétaire d’Etat auprès de la ministre de l’Economie, de l’Industrie et de l’Emploi, chargée du Commerce extérieur

– Alain Joyandet, secrétaire d’Etat auprès du ministre des Affaires étrangères et européennes, chargé de la Coopération et de la Francophonie

– Chantal Jouanno, secrétaire d’Etat chargée de l’Ecologie auprès du ministre d’Etat, ministre de l’écologie, de l’énergie, du développement durable et de la mer

– Martin Hirsch, Haut-Commissaire auprès du Premier ministre aux Solidarités actives contre la pauvreté, à la Jeunesse et à la Vie associative

PARALLAX 

Publicités

NEDA, UNE RECUPERATION MORBIDE.

Les sionistes ne sont pas contents. Et, quand ils ne le sont pas, ils le montrent avec violence, mensonge et accusations fantaisistes. Ainsi, la pauvre femme iranienne morte samedi de suite d’un tir dont personne ne sait l’origine, ici et là, on la nomme l’icône. Mais, l’icône de quoi ?

Pire, ne voulant pas entendre un autre son de cloche, ils lancent des cris d’orfraie pour demander que ne soit plus publié Allain Jules sur AgoraVox. Vaste programme de ces pseudo démocrates.

Coincés par leurs propres mensonges, pour faire diversion, ils parlent encore et toujours des juifs alors que l’article ne mentionne pas les juifs mais parle juste à l’introduction de l’hypocrisie de ces gens qui s’indignent devant la mort de cette iranienne mais pas devant les milliers de morts de Gaza.

Sans forcément aimer Ahmadinejad mais à voir autant de manipulations, ça devient vraiment plus que suspect.

PARALLAX

CES FOUS FURIEUX D’ISRAËL !

Ils sont jeunes, radicaux et souvent violents. Contrairement à leurs aînés, qui rechignent à défier l’autorité de l’État, ils sont prêts à tout pour éviter le démantèlement â des implantations illégales. Reportage.

Daniel Landesberg, 20 ans, est en train de reconstruire sa maison à Maoz Esther, une colonie sauvage au cœur de la Cisjordanie occupée. Quand les travaux seront terminés – juste à temps pour son mariage –, la baraque en contre-plaqué comptera trois chambres, sera alimentée en électricité et offrira une vue imprenable sur les monts de Judée jusqu’aux rives de la mer Morte. Les clous que Landesberg a plantés sont autant de pieux enfoncés dans le nouveau plan de paix de Barack Obama au Moyen-Orient. Le président des États-Unis, que Landesberg s’obstine à appeler « Hussein », a exigé à plusieurs reprises d’Israël qu’il mette fin à l’extension des colonies juives en Cisjordanie occupée. Cette demande ne fait que refléter une opinion dominante parmi les diplomates et hommes politiques de la planète : la croissance vertigineuse du nombre de colons est l’un des principaux obstacles à la solution de deux États et à la conclusion d’une paix durable entre Israéliens et Palestiniens.

Avec l’annexion par les colons de toujours plus de terres en Cisjordanie et la multiplication de petits postes avancés, comme celui de Maoz Esther, les Palestiniens se demandent bien comment – et où – ils pourront jamais établir un État indépendant, viable et avec une continuité territoriale. Déjà, les infrastructures liées aux colonies – routes réservées, check points et barrages – asphyxient une grande partie de la Cisjordanie. En outre, une frange de colons extrémistes fait tout pour rendre la vie impossible aux villageois palestiniens. Leurs violences répétées font régulièrement la une des journaux depuis plusieurs années, ainsi que les destructions d’oliveraies ou de champs agricoles.

Petit jeu de cache-cache

À ce jour, les pressions américaines n’ont eu que peu d’incidence sur le terrain. Benyamin Netanyahou, le Premier ministre israélien, a certes ordonné que l’on rase une poignée d’implantations construites sans autorisation. Mais il a rejeté l’appel américain à geler l’extension des colonies existantes en Cisjordanie et à Jérusalem-Est, où résident la plupart des quelque 480 000 colons juifs. Quant aux initiatives du gouvernement contre les postes avancés, elles demeurent dérisoires. À peine ceux-ci sont-ils détruits par les forces de l’ordre que les colons réapparaissent pour les reconstruire. « Personne ne nous a demandé de ne pas revenir, tonne Landesberg. C’est notre terre. Elle appartient au peuple d’Israël. Nous devons continuer de construire partout où c’est possible. »

Mus par la croyance que Dieu a donné la terre d’Israël aux seuls juifs, les jeunes habitants des postes avancés se considèrent comme l’avant-garde du mouvement des colons. Plus radicaux et agressifs que les générations précédentes, qui rechignent parfois à défier ouvertement l’autorité de l’État, ils jouent un rôle déterminant dans la défense et le renforcement de la colonisation. Leur petit jeu de cache-cache avec le gouvernement, les évacuations successives des postes avancés, suivies aussitôt de leur reconstruction, détournent l’attention des autorités des plus vastes implantations. « C’est comme au football, la meilleure défense, c’est l’attaque », s’amuse Landesberg.

Les Palestiniens ne conservent que très peu d’espoir d’obtenir à court terme une bouffée d’oxygène. Le village de Jeet, au nord de la Cisjordanie, par exemple, est pratiquement cerné par l’implantation de Kedumim et le poste avancé de Havat Gilad. Ce dernier, affirme Zakaria Sedda, un militant palestinien local, a été construit sur des terres palestiniennes privées et empiète sur les domaines de Jeet et de quatre autres villages, ce que nient les colons. Qui plus est, Havat Gilad est devenu une base avancée de laquelle sont lancées les attaques contre les villageois. « Ils volent nos olives, détruisent nos oliviers et passent à tabac les agriculteurs alentour », dénonce Zakaria Sedda.

Netanyahou a déjà déçu

Avec ses grandes maisons et ses jardins bien entretenus, la très verdoyante Kedumim, une colonie de 50000 habitants, est à des années-lumière de Maoz Esther et ses décombres. Pourtant, les sentiments exprimés par Daniella Weiss, l’une des leaders du mouvement des colons radicaux, sont à peu près les mêmes. Cette grand-mère de quatorze petits-enfants est profondément déçue par Benyamin Netanyahou, dont le gouvernement de droite, se désole-t-elle, a trahi les espoirs que les habitants des colonies avaient placés en lui. Que ferait-elle si celui-ci décidait d’agir contre les colons ? « Il sera bloqué, affirme-t-elle. Et Netanyahou risquerait alors de tomber. Il ne pourra pas terminer le travail. »

Pour le moment, en tout cas, les chances d’une opposition frontale entre Benyamin Netanyahou et les colons sont minces. Pourtant, les Américains et les Palestiniens ne demandent pas le démantèlement de colonies existantes, comme celle de Kedumim, mais la suppression des postes avancés et le gel des extensions. Barack Obama pourrait rapidement s’apercevoir que même sur ces deux points, il sera très difficile de progresser.

Source: Jeune Afrique. Par : Tobias Buck, Financial Times et Jeune Afrique 2009 –

Les origines de l’idée judéo-chrétienne du Christ : une voie ouverte par Osiris.

 

Osiris

Osiris

L’Egypte ancienne a produit quantité d’images. Il serait regrettable de ne pas se pencher sur ces images et d’y porter un certain intérêt ; nul ne peut se revendiquer une quelconque paternité sur l’humanité, nous vivons dans un monde interférent et toute possibilité d’échange fécond que peut nous accorder « le destin » doit s’exprimer, être mis en observation sans égards pour les domaines personnels et/où intérêts collectifs dominants qui sont autant de fabriques à crétins.

 

 

Travailler, bouffer, dormir, chercher l’acte de reproduction et sa répétition, tout cela a une destination qui nous dépasse, tout cela a un sens.

Les dieux sont « apparus » car il faut bien que la vie ait un sens, il faut bien trouver un chemin qui mène à soi-même, il faut bien ne pas renoncer à la raison et répondre par un moyen ou un autre aux questions vitales. Qu’il y ait ou non « un esprit supérieur » n’est pas ici le sujet : le sujet est ici l’image, les images, les symboles.

Ainsi donc :

-  En Egypte on note que « l’esprit » descendait « des cieux ».

-  On note également que c’est en Égypte qu’est née l’idée d’âme individuelle immortelle, le « ka ».

Tout cela est à peu près bien maîtrisé par la plupart de nos lecteurs.

Arrivé à ce point de nos recherches il y a dans toute la mythologie Egyptienne une curiosité à prendre en compte parmi toutes les choses dites sur Osiris et sur laquelle nous souhaitons attirer toute votre attention :


-  les Egyptiens croyaient que leurs rois incorporaient son corps après la mort.

-  Avec le temps se fut chaque homme qui après la mort incorporait Osiris.

 

 Il y a là l’idée de fixation de l’homme réel sur

UN Dieu. Ce n’est pas rien !

 

Un Osiris, une idée aussi riche, ouvre clairement la voie à l’idée d’incarnation de Dieu en l’homme, à l’idée judéo-chrétienne de Jésus.

En outre, nous pouvons lire dans le texte des sarcophages :

« Que je vive ou que je meure, je suis Osiris. Je pénètre en toi et je réapparais à travers toi ; je dépéris en toi et je croîs en toi… Les dieux vivent en moi parce que je vis et je croîs dans le blé, qui les soutient. Je couvre la terre ; que je vive ou que je meure, je suis l’Orge, on ne me détruit pas. J’ai pénétré l’Ordre… je suis devenu le Maître de l’Ordre, j’émerge dans l’Ordre. »

et sur le texte des pyramides (si décidément vous vous croyez à la messe en lisant tout ça rassurez-vous, c’est tout à fait normal) :

« Osiris, tu es parti, mais tu es revenu ; tu t’endormis, mais tu as été réveillé ; tu mourus, mais tu vis de nouveau. »

Qui a dit que l’homme Africain n’avait pas su rentrer dans l’histoire ?

Croyez nous bien c’est un individu tout droit sorti d’une fabrique à crétins…

Source: ICI 

AFFAIRE RIHANNA: CHRIS BROWN CONDAMNE !

CBROWN_280x390_830565a Le jeune chanteur de R’N’B Chris Brown, a été condamné après son agression sur la chanteuse des Caraïbes, Rihanna. En changeant de stratégie car, il a plaidé coupable, il a écopé de 180 heures de travaux d’intérêt général, a se tenir pendant 5 ans à plus de 50 mètres de Rihanna et enfin, lors des cérémonies, à 10 mètres.

Il est aussi contraint de suivre un traitement suivi par le Tribunal, pour calmer ses élans de violence.

Rihanna est apparue au Tribunal, tout de noir vêtue.