Les origines de l’idée judéo-chrétienne du Christ : une voie ouverte par Osiris.

 

Osiris

Osiris

L’Egypte ancienne a produit quantité d’images. Il serait regrettable de ne pas se pencher sur ces images et d’y porter un certain intérêt ; nul ne peut se revendiquer une quelconque paternité sur l’humanité, nous vivons dans un monde interférent et toute possibilité d’échange fécond que peut nous accorder « le destin » doit s’exprimer, être mis en observation sans égards pour les domaines personnels et/où intérêts collectifs dominants qui sont autant de fabriques à crétins.

 

 

Travailler, bouffer, dormir, chercher l’acte de reproduction et sa répétition, tout cela a une destination qui nous dépasse, tout cela a un sens.

Les dieux sont « apparus » car il faut bien que la vie ait un sens, il faut bien trouver un chemin qui mène à soi-même, il faut bien ne pas renoncer à la raison et répondre par un moyen ou un autre aux questions vitales. Qu’il y ait ou non « un esprit supérieur » n’est pas ici le sujet : le sujet est ici l’image, les images, les symboles.

Ainsi donc :

-  En Egypte on note que « l’esprit » descendait « des cieux ».

-  On note également que c’est en Égypte qu’est née l’idée d’âme individuelle immortelle, le « ka ».

Tout cela est à peu près bien maîtrisé par la plupart de nos lecteurs.

Arrivé à ce point de nos recherches il y a dans toute la mythologie Egyptienne une curiosité à prendre en compte parmi toutes les choses dites sur Osiris et sur laquelle nous souhaitons attirer toute votre attention :


-  les Egyptiens croyaient que leurs rois incorporaient son corps après la mort.

-  Avec le temps se fut chaque homme qui après la mort incorporait Osiris.

 

 Il y a là l’idée de fixation de l’homme réel sur

UN Dieu. Ce n’est pas rien !

 

Un Osiris, une idée aussi riche, ouvre clairement la voie à l’idée d’incarnation de Dieu en l’homme, à l’idée judéo-chrétienne de Jésus.

En outre, nous pouvons lire dans le texte des sarcophages :

« Que je vive ou que je meure, je suis Osiris. Je pénètre en toi et je réapparais à travers toi ; je dépéris en toi et je croîs en toi… Les dieux vivent en moi parce que je vis et je croîs dans le blé, qui les soutient. Je couvre la terre ; que je vive ou que je meure, je suis l’Orge, on ne me détruit pas. J’ai pénétré l’Ordre… je suis devenu le Maître de l’Ordre, j’émerge dans l’Ordre. »

et sur le texte des pyramides (si décidément vous vous croyez à la messe en lisant tout ça rassurez-vous, c’est tout à fait normal) :

« Osiris, tu es parti, mais tu es revenu ; tu t’endormis, mais tu as été réveillé ; tu mourus, mais tu vis de nouveau. »

Qui a dit que l’homme Africain n’avait pas su rentrer dans l’histoire ?

Croyez nous bien c’est un individu tout droit sorti d’une fabrique à crétins…

Source: ICI 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :