Sarkozy humilie Brice Hortefeux.

Nicolas Sarkozy et Brice Hortefeux

Le ministre de l’Intérieur condamné pour propos raciste il faut le rpréciser car, il n’a aucune valeur morale pour donner des leçons aux autres, vient d’être à nouveau humilié par Sarkozy.

Sa détestation des arabes et des noirs qui ne se dément plus, l’avait vu proposer, des idées obscures afin  d’étendre la déchéance de la nationalité française aux cas de polygamie, d’excision ou encore de fraude aux prestations sociales. Hélas pour lui, le petit Nicolas a tranché.

La déchéance de la nationalité ne s’appliquera qu’aux meurtriers de forces de l’ordre, a annoncé ce lundi l’Elysée à l’issue d’une réunion d’arbitrage présidée par le chef de l’État. Cette sanction s’ajoute donc au terrorisme et autres actes graves comme la trahison. Brice de Nice est nu.

L’acharnement avec lequel il voulait déchoir Lies Hebbadj de la nationalité française était vraiment scandaleux. Je ne soutiens pas ce mec mais, je dis que Brice était excessif dans son attitude. Qu’il démissionne s’il a de l’honneur !

PARALLAX


Publicités

5 Réponses

  1. visiblement « honneur  » et « ministre sarkoziste » sont bien deux termes antinomiques

    entre woerth, les ministres qui se retiennent de démissionner, et brice le raciste, sans oublier mam et ses coups tordus, on a un florilège du déshonneur à la française

  2. si tu dechois pour polygamie, sarkozy et tout son gouvernment perd ses papiers francais on devrait dechoir en cas de terrorisme, la aussi la motie du gouvernement sarkozy perdrait ses papiers et evrait se refugier a Tel Aviv

  3. lisez les rockuptibles ! ils en causent également…
    http://lesrockuptibles.com

  4. Un gouvernement de fanfarons et quel image de honte de la France à l’étranger .

  5. Non aux Jeux Olymfric : NI ICI NI AILLEURS !

    Les Jeux olympiques d’Athènes ont été une mauvaise affaire pour la Grèce.

    Les Jeux olympiques d’Athènes de 2004 ont coûté 9 milliards d’euros. Une somme qui a plombé les finances publiques et a symbolisé l’aggravation du problème grec.

    Nous sommes en crise mais la candidature à « Paris 2012 » nous a déja couté 60 millions d’euros…

    Comment peut-on être contre les Jeux Olympiques à Paris ?

    D’ailleurs existe-t-il en France quelqu’un qui ne soit enthousiaste à l’idée de voir les J.O à Paris en 2012 ?

    Certains syndicats seraient prêts à renoncer au droit de grève le temps d’une trêve olympique ! Bel enthousiasme et pourtant ?

    Ces Jeux qui n’ont rien à voir avec le sport : ni bien-être, ni épanouissement personnel et collectif.

    Les Jeux Olympiques, grande foire publicitaire prônant la compétition entre les individus et entre pays sont à l’image de notre société : infestés par la logique de l’argent et l’individualisme, sous couvert d’une fausse éthique et au détriment du bien-être social et environnemental.

    Pas une rue, pas une station de métro, pas un bâtiment public qui ne milite pour « Paris 2012″. Des millions sont déjà dépensés pour nous imposer ce projet, sans débat, sans transparence.

    Sur ce sujet comme sur d’autres aujourd’hui, les médias n’autorisent qu’une position : celle d’un enthousiasme sans réserve.

    Une fausse éthique car la corruption des membres du CIO, qu’un journaliste de la BBC a encore mis au grand jour récemment (Libération 04/08/004 ), n’est plus à démontrer. Les aspects financiers visibles ou occultes deviennent les principaux facteurs de décision.

    Les J.O. se définissent comme une fête sportive mais le dopage (bientôt génétique) et les recherches des laboratoires pour créer des produits masquants ont réduit depuis longtemps de nombreux athlètes en de simples « machines à gagner ». C’est également au détriment de l’universalisme et de l’égalité des chances que les pays riches investissent dans leurs sportifs, ou achètent les sportifs des pays pauvres et remportent la majorité des victoires, ce qui leur permet par transfert d’asseoir leurs monopoles marchands (états-Unis) ou leurs dictatures (Chine) et renforcent les idéologies chauvines et nationalistes.

    Les J.O. sont donc devenus une messe médiatique organisée par les publicitaires pour assener leurs messages mercantiles pour des produits malsains (boissons sucrées) et qui encouragent, au profit de multinationales, des comportements allant à l’encontre de la santé physique et mentale des individus (téléspectateurs passifs) .

    Au premier rang de la promotion des J.O. à Paris, on retrouve également des marchands de canons (Lagardère), des pollueurs notoires (Air France, Renault, Lafarge, Bouygues) ou des entreprises connues pour leur mépris du droit du travail (Accor, Carrefour). Nous sommes loin d’un quelconque idéal sportif. Ces entreprises affirment que 42 000 emplois durables seront créés par les jeux mais les mauvaises expériences d’Athènes ou d’Albertville nous ont montré que ces emplois ne seront que précaires et à durée limitée. L’endettement est en revanche durable.

    Le coût des jeux sera assumé par tous, comme les dégâts sur l’environnement. Les bénéfices seront, eux, privés.

    Le maire de Paris nous parle de jeux respectueux de l’environnement ?

    Que dire alors des centaines de milliers de personnes arrivant par avion (moyen de transport le plus polluant), des milliers d’affiches illégales, des déchets produits et du déballage sonore qui feront partie du grand matraquage auquel Paris aura droit ?

    A-t-on consulté les Parisiennes et Parisiens pour savoir s’ils souhaitaient vraîment les Jeux Olympiques et s’ils étaient prêts à s’acquitter de leur coût énorme (4 milliards d’euros…, soit 2000 euros par parisiennes/ens) ?

    Non. Ceux qui n’acceptent pas ce choix seront obligés, comme certains habitants d’Athènes, de quitter la ville pour pour fuir l’atmosphère nauséabonde du sport-business, de son flot d’images stéréotypées et de commandements à consommer ceci ou cela.

    Mais sera-t-il encore possible de circuler et de penser librement dans une ville qui prévoit de mobiliser 46 850 policiers et militaires, de mettre en place des voies de circulations Olympiques, d’organiser un Festival Olympique des Arts, de lancer un programme éducatif Olympique de 4 ans dans les écoles…

    Dans la genèse de la crise actuelle, « ils jouent un rôle symbolique mais aujourd’hui oublié », avance le spécialiste américain de l’économie du sport, Victor Matheson. Les JO ont coûté 9 milliards d’euros, une grosse somme pour un petit pays. Cela représente, selon l’économiste, 5% des richesses produites par la Grèce en un an.

    « Les Jeux olympiques ont fait exploser la banque », selon Victor Matheson. « Le déficit public, qui était à la baisse depuis 1999, a brusquement remonté en 2004, atteignant 7,5% du PIB. » En données brutes, les finances publiques ont touché le fond l’année des JO, selon les chiffres d’Eurostat. A noter, la Grèce est aujourd’hui accusée d’avoir caché une partie de ses dettes de l’époque sous le tapis.

    Problème, la Grèce n’a pas récolté les fruits de ces investissements. « L’année des JO, les touristes ont fui la Grèce, et pour cause : Athènes était devenu un gigantesque chantier », se rappelle Victor Matheson. « Et il n’y eut pas de boom touristique en 2005 comme certains le prévoyaient après le battage médiatique autour de la Grèce. » Heureusement, à l’époque les taux d’intérêt grecs étaient bas, proches de 4,5%.

    La Grèce n’est pas le seul organisateur d’un grand évènement sportif ayant réalisé une mauvaise affaire. A Londres, la facture a déjà dépassé toutes les estimations bien avant que se tiennent les Jeux. Et la ville de Montreal, qui a organisé les JO en 1976, a remboursé ses dernières dettes « olympiques » en… 2006.

    Il est encore temps d’éviter cela.

    Manifestez et diffusez ce message pour dire

    « Oui au sport, donc Non aux Jeux Olymfric à Paris en 2012 ! »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :