Sarkozy se fâche.

Le roitelet élyséen, accessoirement chef de l’Etat français ou plutôt d’un clan, a ordonné le déblocage de la totalité des dépôts de carburants, ce mercredi, en marge du Conseil des ministres. Il confirme ce qu’avait dit son ministre condamné pour racisme anti-arabe Brice Hortefeux un peu plus tôt. Le voltigeur hongrois a dit vouloir « rétablir au plus tôt une situation normale », alors qu’environ 4.000 stations sont en manque d’essence ou de gasoil.

Lire la suite