Un rebelle libyen dans un cercueil à Paris

Mustafa Abdel Jalil & Brahim Mohamed Elhalbous (barbu).

Ce petit post pouvait aussi être intitulé, « mort d’un renégat de Benghazi à Paris ». Le titre choisi va aussi bien. Enfin, je pense. Oui, parfois, certaines  informations, malgré la mort d’un homme vous réjouisse. Mais, ici, ce n’est pas le cas. Même si d’ailleurs, il s’agit d’un renégat. Mais, il est important, ici, de relever le fait que, important au demeurant, cet énergumène est décédé à Paris.  Une mort d’une certaine envergure. Celle d’un suceur de sang de milliers de Libyens innocents.

C’est une histoire assez rocambolesque. En effet, au fil des jours, la vérité devient irréfragable.  Lors des violents combats qui se sont déroulés à Syrte, la ville martyre détruite par l’OTAN, un certain Brahim Mohamed Elhalbous, venu de Misrata, était à la tête des renégats. La résistance farouche des loyalistes dans la ville avait provoqué de nombreux morts et blessés dans le camp des insurgés, dont ce Brahim M. Elhabous.

Suite à ça, le CNT  a demandé de l’aide à la France. C’est ainsi que le petit galopin a été évacué à l’hôpital d’Instruction des Armées Percy, à Clamart dans les Hauts-de-Seine, 9-2. Au-delà de la mort de ce traître en France, le problème c’est cette violation de la résolution onusienne 1973 qui, encore une fois, prouve que les Occidentaux ne sont que des hors-la-loi puisque la loi leur interdisait ça.

Publicités

2 Réponses

  1. Bien!

  2. que les renega meurent tous

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :