Scoop : Russie, Iran et Chine en Syrie pour défendre Bachar el-Assad

Bachar al-Assad

Les dernières nouvelles sur le front syrien tournent à l’avantage du président Bachar al-Assad. La multiplication des massacres de civils est un indicateur palpable de la situation qui échappe complètement aux bandes armées, obligées finalement, pour se faire entendre, de falsifier la vérité du terrain. Elles perdent patience après l’échec du coup d’état médiatique. Contrairement à la prose mortifère des médias “mainstream”, qui aiment dire ceci: “depuis plus d’un an, la communauté internationale s’efforce de mettre un terme à un bain de sang qui a déjà couté la vie à plus de 10 000 Syriens”, la vérité est ailleurs. Ces gens qui parlent de paix ne la veulent pas, parce que, la faire, il faut être à deux et non exclure de facto une des parties en présence. 

Diktat et stratégie d’exclusion

Bachar al-Assad refuse, avec raison d’ailleurs, le diktat occidental. On ne peut d’entrer de jeu, lui imposer la démission en prenant partie comme tous les pays occidentaux l’exigent. C’est illégal et une volonté de ne pas respecter le droit international en violant la souveraineté de la Syrie.  Or, pour aboutir à un compromis, il ne faut pas qu’il y ait un traitement différencié entre les protagonistes. Ce compromis, s’il a lieu, sera le résultat d’une négociation entre les parties, où chacune aura fait des concessions pour arriver à une solution commune. L’intransigeance n’a jamais résolu un problème.

Lire la suite

Advertisements

Une Réponse

  1. La paix réelle n’a jamais été la préoccupation des puissances coloniales, maintenir le reste du monde dans un perpétuel bouleversement a été toujours leurs lignes directrices.Cependant leur tort ne revient pas qu’à eux seuls, il y a des chefs d’Etats qui végètent dans le manque d’inspiration dans le développement de leurs pays qui sont à leur solde au prix de profiter des fameux accords bilatéraux qui appauvrissent leurs populations au détriment de ces puissances.
    Sinon, comment comprendre qu’un chef d’Etat bien qu’assoifé de pouvoir peut se permettre nuits et jours de pilonnér ses concitoyens qui se croisent les bras pour faire valoir son autorité; meme s’il est un psychopate.
    Il est temps que les citoyens et concityens des pays opprimés ouvrent les yeux pour comprendre que l’option démocratrique de la gouvernance ne se décrète pas elle se construit en s’appuyant sur nos valeurs culturelles.
    Les cas de la libye et de l’Egypte etc sont une école pour ceux se perdent encore.
    Bonne reflexion

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :