Allain Jules

BRÈVE – On pensait qu’il allait se montrer le 11 septembre prochain en recevant le premier ministre du Qatar. Mais, surprise, nous venons d’apprendre que c’est dans 30 minutes, en direct à la télévision nationale. Je viens de débarquer à Milan, où, dès demain, je dois assister à des conférences. Après sa dernière activité qui date du

Voir l’article original 53 mots de plus

Publicités

Allain Jules

Toutes mes excuses !

Un mea-culpa sincère au président algérien Abdelaziz Bouteflika, à ses proches, ainsi qu’à tous les Algériens !

Mes excuses s’adressent aussi à mes lecteurs, qui ont été abusés par la déferlante de cette brève au conditionnel et dans laquelle je précisais: « Je ne peux, pour l’instant, ni confirmer ni infirmer l’information ».  Le débat est clos. Dont acte !

Voir l’article original

Allain Jules

Mireille Matthieu n’est pas ma tasse de thé. C’est vrai, elle est ma voisine mais quand même. Elle n’a jamais, comme les zozos de Pussy Riot fourrer un poulet dans  l’oignon pour faire carrière. Alors qu’il y a bien plus grave dans le pays, entre le chômage ou l’incident gravissime de la centrale de  Fessenheim qu’ils tentent de minimiser, ils nous sortent d’un chapeau de magicien, les propos triturés de Mireille Matthieu, tenus lors d’un passage à la télévision russe, il y a plus de 4 jours… 

Voir l’article original 488 mots de plus

Allain Jules

Le Cameroun est connu pour ses beaux paysages, luxuriants ici, désertiques là, ses chutes d’eau et sa faune spectaculaire, son climat varié et diversifié mais aussi pour ses faymen. Ce sont ces golden-boy ne vivant que d’escroqueries, de rapines ou de concessions, et se la coulant douce avec l’argent d’autrui, récolté grâce à ces prévarications à travers le monde entier. Hélas, au pays des Lions indomptables, ces bandits de grands chemins sont adulés et célébrés. C’est un paradoxe. Partisans du moindre effort, tolérés, ils sont à l’origine de la déliquescence des vrais valeurs. Les études, gagner sa vie à la sueur de son front, importent peu. Aujourd’hui au Cameroun, mieux vaut avoir dans sa famille un fayman, qui apportera à manger, qu’un diplômé au chômage, le fléau endémique. Les familles camerounaises, sans exclusive,  rêvent chacune de son fayman, et compte les secondes comme des dominos de sucre s’effondrant inéluctablement vers ce morceau de paradis. Paradis ? Le…

Voir l’article original 860 mots de plus