Les putschistes, alliés naturels des Bongo, Mugabe et consorts, antiracistes de pacotille, paternalistes surtout, qui font partir de l’aile rétrograde du PS, sclérosée, usée, fatiguée et définitivement immature, doivent sans doute, être « fiers » de cette tentative avortée de leurs manigances sordides.

Aujourd’hui donc, Ségolène Royal, The One, notre Obama à nous, donnera les grandes lignes. Naturellement, malgré une diabolisation au ras des pâquerettes, elle s’est imposée. La démocratie a parlé. Respectez-la ou foutez le camp ! le PS n’a pas besoin de loosers et de diviseurs.

Haro aux manipulations !

Basta ya ! Nous n’avons plus besoin de ces atermoiements, de ces approximations qui minent le parti, juste pour les beaux yeux de certains enfants gâtés, qui, en suivant leur parcours politique, vous remarquerez qu’ils ne tiennent jamais en place dans une circonscription, et passent leur temps à voguer, ici ou là.

Être nul ne s’apprend pas ou ne s’acquiert. Il n’est non plus de l’ordre du cognitif. C’est inné. On est doué ou on ne l’est pas. Depuis 2007, Ségolène Royal prouve que le leadership à gauche, c’est elle.

La conquête de l’Elysée pour 2012 est bien engagée. Ceux qui travaillent avec le pouvoir en place pour discréditer le PS, seront châtiés, à termes, pour leur témérité et leur trahison. A bon entendeur !

Source: LE FLINGUEUR