La guerre de l’eau: Israël c’est le diable.

gazaOn savait déjà que le tracé du “mur” de l’Apartheid israélien avait été déplacé en certains endroits pour suivre la nappe phréatique et toujours au détriment des Palestiniens, pour les priver d’eau…C’est David contre Goliath depuis un demi siècle et ce malaise instaure un dégoût de plus en plus grandissant ! Israël est finalement d’une cruauté inqualifiable. Ceux qui soutiennent cet Etat voyou vous diront encore et toujours que la Bible est un plan cadastral.

le rapport critique d’Amnesty International sur la manière dont Israël contrôle et tente de priver d’eau les Palestiniens, qui plus est dans les territoires occupés,  est terrible mais, les pleureuses pleurnicheurs qui gouvernent Israël lancent déjà des cris d’orfraie pour condamner vigoureusement l’organisation. Eux, ils ne font jamais du mal à personne et son toujours dans leur bon droit soit disant.

« Celui qui accepte le mal sans lutter contre lui coopère avec lui » avait dit Martin Luther King. J’ai même lu dans un site ultra-sioniste aujourd’hui où, il était mentionné ceci : « territoires disputés » au lieu de territoires occupés, c’est dire le degré de cynisme de ces gens, négationnistes de l’histoire des autres sans vergogne. « L’ONU doit être saisie et rendre une résolution. En cas de violation il faudrait pouvoir retenir la notion de crime contre l’humanité. Qui en aura le courage ? Je crois tout bonnement qu’il ne faut plus aider Israel et les laisser assumer les conséquences de leur politique. » disait hier après-midi, un posteur du Monde.fr.

Personne ne se lèvera pour la Palestine et, demain, on nous parlera encore d’un droit à la défense d’Israël en rapport avec l’eau alors que ce pays, accrochez-vous, voit 57% de « son » eau provenir de l’extérieur de ses frontières de 1967, et 25% de ses ressources renouvelables des territoires palestiniens. Sans commentaire. Voilà comment on constate tout bonnement le refus de ces gens au nom de leur bonne volonté, le retour des réfugiés Palestiniens alors qu’émigrent en Israël, chaque jour, des personnes qui font leur alya. Pourquoi les Palestiniens ne peuvent-ils pas rentrer chez eux ? Mystère.

Selon l’essai de Frédéric Lesserre, « Les guerres de l’eau », une inégalité de traitement aussi vient de la part des Israéliens, qui traitent les Palestiniens comme des vaches à lait car c’est eux qui facturent l’eau qu’ils volent pourtant aux pauvres Palestiniens. Ainsi, la facture du prix de l’eau potable et l’eau agricole s’élève entre 1,8 et 2,1 shekels par mètre cube, alors que les colons bénéficient de tarifs particuliers, de 0,3 à 0,5 shekel par mètre cube. Cherchez l’erreur. Et puis, on va nous rabacher les oreilles avec la pseudo-démocratie du Proche-Orient. De qui se moque-t-on ?

Bien entendu, dire ces vérités, protester contre ce vol et cette mise en esclavage et bien plus un génocide puisque les faits sont là pour le prouver, les accusations les plus crasseuses fuseront. Or, il s’agit bien ici, d’une injustice, d’un acte criminel qu’il faut dénoncer. Mais, c’est encore un rapport qui sera mis à la poubelle grâce à la propagande,aux  mensonges et au chantage à l’antisémitisme, seule arme que ces gens détiennent, lorsqu’ils veulent faire taire les autres alors qu’ils sont en faute. Perpétuellement, continuelement.

PARALLAX

Publicités