Encore une embuscade pour les soldats français !

Afghanistan

Afghanistan

Des militaires du 8e RPIMa ont été victimes d’une embuscade à l’entrée d’un village.

Neuf soldats français ont été blessés samedi lors d’un accrochage avec des rebelles dans le village d’Ebdakel, dans la province afghane de Kapissa, au nord-est de Kaboul. Selon le porte-parole du commandement régional de l’Otan, l’accrochage «impliquant une vingtaine d’assaillants, s’est déroulé de 14 h 50 à 17 heures». Les rebelles embusqués ont fait feu notamment avec des lance-roquettes RPG.

Quatre des militaires ont nécessité une évacuation d’emblée par hélicoptère sur Bagram, à une cinquantaine de kilomètres au nord de la capitale afghane. Le soldat le plus grièvement blessé a une jambe cassée et sera rapatrié en France. Les trois autres victimes, atteintes par des éclats de roquette, étaient hier soir en observation à l’hôpital militaire de Bagram. Le secrétaire général de l’Élysée, Claude Guéant, a confirmé l’incident. «Ils ne son t que très légèrement blessés», a-t-il souligné pour rassurer leurs familles. Tous les autres soldats impliqués dans l’accrochage ont pu regagner leurs bases à Nijrab et Tagab. Un des attaquants a été tué et deux autres blessés.

Selon le commandant Christophe Prazuck, porte-parole de l’état-major français, les militaires blessés appartiennent au 8e RPIMa (régiment parachutiste d’infanterie de marine), dont faisaient partie huit des dix soldats français tués lors de l’embuscade dans la vallée d’Uzbin, le 18 août dernier. Ils font partie d’une section (une trentaine d’hommes) qui effectuait une reconnaissance avec des policiers afghans.

Soutien aérien

La patrouille bénéficiait d’un soutien aérien constitué de deux avions A-10 américains qui ont effectué plusieurs démonstrations de force en survolant la zone à très basse altitude. Ces appareils spécialement conçus pour assurer une couverture aérienne aux forces déployées au sol «n’ont pas ouvert le feu parce que l’accrochage s’est produit aux abords du village», a expliqué le commandant Prazuck. Quatre hélicoptères américains – deux OH-58 Kiowa et deux appareils d’évacuation sanitaire – ont également prêté main-forte aux soldats français. Une première section de renforts terrestre les a également appuyés «dans la demi-heure», puis une seconde section.

Ce nouvel incident intervient cinq jours après le vote à Paris du Parlement sur la prolongation de la présence militaire française en Afghanistan et l’envoi de moyens supplémentaires pour assurer la sécurité des 2 600 soldats français qui y sont déployés sous la bannière de l’Otan. Ces derniers recevront prochainement des drones, des hélicoptères Caracal et Gazelle, des moyens d’écoute et des mortiers supplémentaires. Le gouvernement continue de rejeter les critiques émises par l’opposition et certains experts qui estiment que l’armée française est mal équipée, mal préparée et que la stratégie de l’Otan doit être révisée.

Source: Le Figaro.fr