GABON : DEBUT DES GRANDES MANOEUVRES.

Le contraire allait être surprenant. Paris est à Libreville pour faire régner le calme, comme si les gabonais étaient incapables de le faire. En effet, l’importante base militaire française sur place est prête à intervenir s’il y a une moindre incartade.

Lire la suite

 

LA FRANCAFRIQUE ET LES HERITIERS.

Je suis à Paris depuis 10h ce matin. Oui, je sais, je pouvais faire un petit billet avant de quitter Strasbourg. Mais, hélas, entre faire mes bagages et penser à mon voyage, ce ne fut pas facile. Je vais donc passer quelques jours quelque part mais, tous les jours ici, il y aura un post.

 JEAN SARKODonc aujourd’hui, nous allons faire un petit tour en France et en Afrique bien sûr. Vous remarquerez que maintenant, la France se range elle aussi du côté des Républiques bananières, théocratiques, héréditaires bref, des dynasties. Il n’y a que ça en Afrique francophone, ancienne colonie…française. Dans cette optique, Le Point dédie cette UNE à Jean, le fils du chef de l’Etat français qui, lui, fait de la politique. Il sera Président en 2017, dit-on.

– Il y a eu le cas Joseph Kabila en République démocratique du Congo (R.D. Congo-Kinshasa) qui a succédé à son père assassiné, Laurent-Désiré Kabila, violant impitoyablement la constitution…

– Le chef de l’Etat congolais (Congo Brazzaville) Denis Sassou-Nguesso quant à lui, est un peu perdu en ce moment. Il préparait sa fille aînée, Edith Bongo-Ondimba, épouse décédée du président gabonais, El Hadj Omar Bongo, à lui succéder. Il n’a plus que son fils, Denis Christel Sassou Nguesso, plus apte à faire la fête que des envies de pouvoir, même comme c’est le M. pétrole congolais… Wait and see !

– Le président gabonais Bongo, lui, semble déjà avoir réglé ses problèmes de succession. Il a déjà par ailleurs construit ses palais de retraite où, il coulera des jours heureux tant qu’il sera en vie. Son fils, Ali-Ben Bongo Ondimba est déjà prêt, sur le qui-vive même, puisqu’on rapporte que le patriarche gabonais serait très malade.

– La question de succession ne se poserait plus avec acuité en Guinée Equatoriale (ancienne colonie espagnole) où, le président Theodoro Obiang Nguema Mbazogo a de qui tenir. C’est finalement sans surprise que son ministre de fils Theodoro junior, héritera les pieds joints, la magistrature suprême.

– Enfin, au Cameroun de Paul Biya, un fantôme, inconnu au bataillon, discret de nature un peu comme son père le fut durant des années à l’ombre d’un Ahmadou Ahidjo, Franck Biya, serait dans les starting blocs. Il fait beaucoup parler de lui en ce moment pour remplacer son père à la tête de l’Etat…

Finalement, voilà des Républiques qui deviennent des royaumes par un tour de passe-passe incroyable dont la France a le secret et le montre ailleurs. A noter que tous ces gens ont des conseillers français. 

PARALLAX

FRANCE: STOP A LA CONDESCENDANCE EN AFRIQUE.

Avec sa prose toujours égale, parfois violente, au vitriol toujours, mon frère et ami prend sa plume corrosive pour s’insurger contre la condescendance française en Afrique. C’est son dimanche. PARALLAX.

Le coup de griffes d’Allain Jules[fr].

 

 

Nicole Gbagbo (photo/AFP)
Nicole Gbagbo (photo/AFP)

Je suis en colère. En très grande colère. Il y a des choses inconcevables, inacceptables que nul ne peut tolérer, pour peu qu’il ait un peu de sens. Sens critique. Sens de la mesure. Sens de la justice rétorqueront aussi les détracteurs de l’Afrique, ceux-là qui font de ce continent, leur marche pied, un paillason qui leur sert depuis des siècles à s’enrichir.

 

 

 

J’ai été cette semaine interloqué, désabusé et estomaqué par le zèle des Juges français qui, avec une condescendance abyssale, se sont rendus à Abidjan, capitale de la Côte-d’Ivoire, interroger la femme du chef de l’Etat en exercice, Simone Gbagbo dans le cadre de l’enquête visant à faire la lumière sur la disparition du journaliste franco-canadien, Guy-André Kieffer.

Mettons-nous d’accord sur un point: je veux bien sûr que la justice passe. Qu’elle fasse son chemin, qu’ele aboutisse mais, pas de cette façon cavalière et hypocrite. Simone Gbagbo que je ne connais pas certes, n’est pas au dessus des lois. Encore moins exemptée dans mon propos. En revanche, il y a des manières abusives qui me rébutent. Pensez-vous un seul instant que Carla Bruni soit entendue dans une quelconque affaire par les juges ivoiriens, camerounais ou burkinabés ?

Jeudi dernier donc, sous dénonciations invérifiables, par ouï-dire, parce qu’un homme incarcéré à Paris l’a dit, les escadrons de la mort sont le fait de la première dame ivoiriennne, les juges prennent pour argent comptant ses élucubrations. Mais sur quelle planète vivons-nous ?

Non mais franchement, je voudrais saluer la coopération de l’épouse de Laurent Gbagbo. Simplement parce qu’elle accepte de jouer le jeu, prouvant qu’elle n’est pas au dessus de tout soupçon ce qui de facto, c’est mon avis, la disculpe. En revanche, je ne vois pas l’épouse d’un chef d’Eta européen acepter ce que je dénonce comme étant une vraie humiliation pour l’Afrique.

 Avant que je ne dise des sottises, je préfère m’arrêter-là. Néanmoins, il est grand temps que l’homme africain se réhabilite, qu’il prennen enfin conscience de ses valeurs  et de ses capacités morales, malgré tout ce qu’on dit sur lui, ce que l’ancien maître dit sur lui. Il faut que ce néo-colonialisme, cette injustice, ce mensonge qu’est la Françafrique s’arrête….Pour finir, remercions encore Ahmadinejad comme, ICI.

Allain Jules

SARKO-TINTIN AU CONGO !

Sarkozy et Sassou Nguesso hier à Brazzaville

Sarkozy et Sassou Nguesso hier à Brazzaville

« Eh, missié li blanc, y’a bon vot’ discours ici. Y’a bon vos « bô » mots maux ici !

 Ouf ! Et si Hergé revenait, qu’en pensera-t-il ? Nicolas Sarkozy a repris son personnage Tintin, pour aller faire son…tintin au Congo. La vie est finalement un éternel recommencement.

Sauvé par le gong ? On est bien à mille lieux des régurgitations verbales du petit Louis XVI ou plutôt du nouveau Louis XVI. Dakar est bien loin. Très loin même. Les africains, comme par un coup de baguette magique, sont entrés…..enfin (?) dans l’histoire…..Des grands lacs sans doute.

Une reprise de son bâton de pélerin de la paix. Plus fort que Jean-Paul II et Benoît XVI associés ou réunis mais, accompagné de tous les requins (hommes d’affaires et grands patrons des multinationales) qui spolient sans vergogne l’Afrique. Oui, selon eux, ils apportent la civilisation, le progrès et la richesse…

Alors que le Parlement congolais (Kinshasa) voulait dans un premier temps bouder le chef de l’Etat français, il s’est résolu à l’accueilir. Hum…. La RDC (République démocratique du Congo) est très riche. Après cette rencontre avec Joseph Kabyla le chef de l’état de la RDC, Sarko-tintin s’est rendu de l’autre côté de la rive, au Congo-Brazzaville où il a brièvement rencontré son président Denis Sassou Nguesso, avant de s’envoler au Niger dont la dénomination doit changer pour devenir République d’Areva-uranium…

Congo-Brazaville: pétrole à foison. Elf puis Total. Monopole français. (4e producteur africain), bois, manganèse, gaz naturel, or, fer, diamant, plomb, cuivre, potasse, zinc…

Congo-Kinshasa: diamant, or, cuivre, étain, colombo tantalite (coltan) bauxite, fer, manganèse, charbon, pétrole, gaz méthane, schistes bitumeux, cobalt.

Vive la Françafrique !

PARALLAX

ANDRY RAJOELINA: L’HOMME DE PARIS.

andry-rajoelinaLe nouvel homme fort de Madagascar, Andry Rajoelina, c’est surtout le partenaire privilégié de Paris qui annonce la résurrection de la Françafrique, quoique…enfin, elle n’était pas morte. Ce coup d’état ressemble à une vieille méthode française…

Après que la grande muette ait démissionné l’ancien président malgache élu au suffrage universel, Marc Ravalomanana, au lieu que l’Assemblée nationale ou la Cour Constitutionnelle engage un impeachment s’il avait fauté dans l’exercice de ses fonctions, on a bel et bien assisté à un coup d’état. 

Le président déchu a probablement fauté en acceptant que ses gardes tirent à balles réelles sur les manifestants. Il a fait une deuxième erreur en se radicalisant. La solution la meilleure aurait été qu’il nommât l’actuel homme fort comme premier-ministre, au lieu de le destituer comme maire d’Antananarivo, connaissant son succès réel avec les manifestations monstres qu’il organisait. Cet autisme et cet aveuglement lui ont coûté son poste.

Le jeune président de la « haute autorité de transition », aka TGV, marque vraiment les esprits. A 34 ans, il est passé de DJ à maire de la capitale et aujourd’hui président.

Ce qui s’est passé dernièrement au pays des Malagasy, en République de Madagascar (Repoblikan’i Madagasikara en malagasy la langue nationale), sonne le glas de la démocratie malgache et la violation flagrante de la constitution. Cette dernière, révisée en 2007-je vous fais grâce du préambule qui épouse toutes les dispositions et lois internationales-, stipule dans son Titre III intitulé « de l’organisation de la République », au sous-titre premier de la fonction exécutive en son chapitre 1er « du Président de la République » article 46, que celui-ci devra avoir au moins 40 ans. Or, l’actuel président, n’est âgé que de 34 ans. Faut-il rappeler qu’il n’a été élu par personne ? 

Les protestations internationales ne se sont pas faites attendre. Vous remarquerez que seul Paris n’a pas lancé des cris d’orfraie. En effet, l’Hexagone avait peur de la politique de l’ancien chef de l’Etat malgache, pro-américaine, et qui oeuvrait fortement pour un développement avec l’Asie.

Vive la Françafrique et quid des intérêts des populations africaines pauvres !

PARALLAX