Gad Elmaleh dans la peau de Dieudonné.

Ce qui arrive à Gad Elmaleh est vraiment regrettable. Ne pas pouvoir jouer au Liban lors du festival international de Beittedine est plutôt trsite mais, il est une victime collatérale de la politique israélienne. Nul ne sert de chercher à incriminer la chaîne de télévision Al Manar ou le Hezbollah qui seraient derrière sa diabolisation et bien sûr, sa non participation à ce festival du rire.

Mais, vu le traitement de l’information, ceci relève aussi de quelque chose d’assez particulier quand on se souvient des déclarations de ce même Gad qui était l’un des premiers à exiger le boycott de Dieudonné. Se retouver dans la peau de Dieudonné doit lui faire drôle mal,  non ?

C’est finalement pathétique et amusant néanmoins de le voir ainsi traité, avec des inexactitudes incroyables. C’est d’une mauvaise foi abyssale, le procès en sorcellerie qui lui est fait. Mais, c’est vrai aussi qu’il est la victime collatérale des exactions crasses de Tsahal.

Il faut que la sérénité s’installe de part et d’autre, qu’il y ait plus de justice et surtout, le respect des uns et des autres. Enfin, c’est sans doute trop demander à ceux qui détiennent le pouvoir et ne souhaitent visiblement pas donner de la place aux autres qu’ils passent leur temps à diaboliser.

Parallax

 

DIEUDONNE: LA COMPIL’ QUI DECHIRE.

Tiens, c’est le 1er mai.  Demain ici-même, nous vous réservons un document exceptionnel dès 10h du matin, dans les relations américano-sionistes qui tanguent désormais. Il y a de l’eau dans le gaz.

Avant celà, on ne peut pas dire que cette compilation de l’humoriste le plus talentueux de sa génération,  Dieudonné, n’a pas correctement fait son travail. Il cogne sur tous ceux qui, un jour, se sont levés, comme un seul homme pour le cogner et parle aussi des vendus comme Jamel Debbouze, une honte arabe.

A consommer sans modération !