Lois mémorielles : capharnaüm politique et négation de la liberté de penser.

Juifs, Arméniens, Algériens, Rwandais, Camerounais et hop, une loi mémorielle ? La liberté de conscience et le droit de penser librement est inaliénable. Marre de la police de la pensée. Il n’appartient pas aux politiques de dire la vérité historique. Les députés français ont donc adopté, jeudi, la proposition de loi sur la négation des génocides, dont celui des Arméniens en 1915, malgré les menaces et l’indignation de la Turquie. Mais, il faut reconnaître que ce génocide existe. En revanche, ce n’est pas à la France d’en juger la portée ou de légiférer.

Lire la suite

Publicités

ISRAËL VS GAZA: UNE DEFAITE CUISANTE.

Gideon Levy, journaliste Israelien pour Haaretz, revient sur la « Guerre » de Gaza.

Gideon Levy

Gideon Levy

Au lendemain du retour du dernier soldat israélien de Gaza, nous pouvons définitivement dire qu’ils y étaient tous allés pour rien.

Cette guerre est une défaite totale pour Israël.

Et cela s’étend au-delà de la profonde faillite morale, qui est un problème grave en soi, mais confirme l’incapacité d’Israël à atteindre ses objectifs annoncés. En d’autres mots, le chagrin n’est pas complété par la défaite. Nous n’avons rien gagné dans cette guerre, si ce n’est des centaines de tombes, certaines très petites, des milliers de personnes mutilées, beaucoup de destruction et la détérioration de l’image d’Israël.

Ce qui représentait une faillite dès le départ pour une poignée de gens, va peu à peu se révéler l’être effectivement à beaucoup d’autres, une fois que les trompettes de la victoire s’essouffleront.

L’objectif initial de la guerre était de faire cesser les tirs de roquettes Qassam. Ils n’ont pas cessé jusqu’au dernier jour de combat. Ils ont seulement pris fin après qu’un cessez-le-feu ait été arrangé. Les représentants du ministère de la Défense estiment que le Hamas possède toujours 1000 roquettes.

Le deuxième objectif de la guerre : le démantèlement du trafic, n’a pas été rempli non plus. Le commandement du service de sécurité du Shin Bet pense que le trafic reprendra d’ici deux mois. La plus grande part du trafic qui se poursuit a uniquement pour but d’approvisionner en nourriture une population assiégée, pas d’acquérir des armes. Et même si l’on accepte l’argument du trafic d’armes, et ses exagérations, cette guerre a permis de prouver que seulement des armes rudimentaires et de pauvre qualité passaient par les tunnels entre Gaza et l’Egypte.
 

La capacité d’Israël à remplir son troisième objectif est aussi douteuse. Dissuasion, mon œil. La force de dissuasion dont nous avons soi disant fait preuve lors de la seconde guerre du Liban n’a pas eu le moindre effet sur le Hamas, et celle de cette guerre n’est pas plus efficace : les tirs sporadiques de roquettes depuis la bande de Gaza ont continué ces derniers jours.

Le quatrième objectif, qui lui, n’a toujours pas été avoué, n’a pas été atteint non plus. Les Forces de Défense Israéliennes n’ont pas restauré leurs capacités. Elles n’auraient pas pu, pas en mettant en place une pseudo-guerre contre une organisation misérable et mal équipée d’armes artisanales, et dont les combattants ont à peine relevé le combat.

Les descriptions héroïques et les poèmes de victoire à propos du “triomphe militaire” ne changeront pas la réalité. Les pilotes étaient en mission d’entraînement et les forces terrestres engagées dans des exercices de cohésion et de tirs.

Que les différents généraux et les analystes qui ont pris part à l’opération la qualifient de « réussite militaire » est tout simplement ridicule. Si quelqu’un a été affaibli par cette guerre, c’est le Fatah, dont la fuite et l’abandon de Gaza prend maintenant une signification particulière. A la succession d’échecs qu’a été cette guerre, doit être ajoutée, évidemment, la faillite de la politique d’embargo. Nous avions déjà réalisé son inefficacité depuis un moment. Le monde l’a boycotté, Israël assiégeait et le Hamas dirigeait (et dirige toujours).

Mais le bilan de cette guerre ne s’arrête pas, pour ce qui concerne Israël, au fait qu’aucun objectif n’ait été atteint. Elle va être un lourd fardeau, et pour quelques temps encore. Et quand on évalue la situation internationale d’Israël, nous ne devons pas nous laisser berner par la parade de soutien des leaders européens, venus pour une opération photos avec le premier ministre Ehud Olmert.

Les agissements d’Israël ont infligé un coup dur au support de l’opinion publique à son égard. Même si cela ne se traduit pas toujours par une réaction diplomatique immédiate, les répercussions se feront sentir un jour. Le monde entier a vu les images. Elles ont choqué chaque être humain qui les a vues, même si elles n’ont pas ému la plupart des israéliens.

Nous n’avons pas affaibli le Hamas. La grande majorité de ses combattants n’a pas été blessée et le soutien populaire pour l’organisation a, en fait, augmenté. La guerre a intensifié leur esprit et leur capacité de résistance. Un pays qui a nourri une génération entière sur l’esprit de la résistance de la minorité contre la majorité devrait savoir cela maintenant. Il n’y avait aucun doute sur qui était le David et qui était le Goliath de cette guerre.

La population de Gaza, qui a subi un coup sévère, ne va pas être plus modérée maintenant. Au contraire, le sentiment national va de plus en plus aller contre ceux qui ont asséné ce coup – l’Etat d’Israël. Exactement comme l’opinion publique israélienne penche à droite après chaque attaque contre nous, il va se passer la même chose à Gaza après l’attaque massive que nous avons lancée contre eux.

La conclusion est qu’Israël est un pays violent et dangereux, exempt de toute contrainte et ignorant manifestement les résolutions du Conseil de Sécurité des Nations Unies, en se moquant éperdument de la loi internationale. Les enquêtes sont en cours.

Plus grave encore est l’impact que cela va avoir sur nos valeurs et fondements moraux. Cela viendra de questions difficiles concernant ce qu’ont fait les Forces de Défense Israéliennes à Gaza, qui arriveront, malgré l’écran de fumée jeté par les médias propagandistes.

Qu’est-ce qui a été obtenu finalement ? Si cette guerre avait pour but de satisfaire des considérations de politique intérieure, l’opération a réussi au-delà de toutes espérances. Le président du Likoud, Benjamin Netanyahu, est de plus en plus haut dans les sondages. Et pourquoi ? Parce qu’on n’est jamais rassasiés de la guerre.

Traduction : Florent Barat

Source: ICI

«Rien ne justifie les massacres de Gaza»

«Bouleversé»: professeur de droit à l’Université Al Quds de Jérusalem, Anwar Abu Eisheh ne cache pas sa colère. «Rien, affirme-t-il, ne justifie le massacre perpétré à Gaza.»

 

Khaled Mechaal, le chef du Hamas, appelle à une nouvelle intifada. Quelle est sa stratégie?
Le Hamas ne veut plus d’un statu quo qui entraîne d’immenses souffrances pour la population. A Gaza, les Palestiniens soumis au blocus d’Israël manquent de tout. Cette situation ne pouvait plus durer.

En rompant la trêve, le Hamas n’a-t-il pas provoqué l’offensive israélienne?
La réplique est hors de toute proportion. Les projectiles tirés de Gaza n’ont pas occasionné de grands dégâts. Ils n’ont pas fait de nombreux blessés. L’écart est grand entre les pilotes qui lâchent une tonne de dynamite et les combattants palestiniens. En tout état de cause, la responsabilité première de la situation incombe à l’occupant israélien. Celle du Hamas est seconde: c’est de n’avoir pas bien assuré la protection de la population.

Qu’attendez-vous des pays arabes?
La rue palestinienne est déboussolée. On n’a pas observé chez les dirigeants arabes une contestation réelle et efficace de l’offensive israélienne. On a tendance à croire ici que certains d’entre eux étaient informés de l’attaque. C’est du Caire que Tzipi Livni, la ministre israélienne des Affaires étrangères, a brandi les menaces d’intervention. Le président Mahmoud Abbas, de son côté, a également tenté de persuader les responsables du Hamas de reconduire la trêve. On peut en déduire qu’il était au courant des opérations israéliennes.

L’intervention israélienne à Gaza peut-elle aggraver les dissensions entre Palestiniens?
Les divisions ne peuvent pas devenir plus graves qu’elles étaient il y a encore trois jours. Je vous rappelle en outre qu’elles ont été voulues par Israël. Ce sont les Israéliens qui ont favorisé la création du Hamas à la fin de 1987 afin d’affaiblir l’OLP. Dans la rue, en tout cas, les manifestants palestiniens font preuve aujourd’hui d’unité. Vous verrez que malgré elles leurs instances dirigeantes vont devoir les suivre.

Craignez-vous une intervention israélienne de longue durée?
Je crains que le gouvernement israélien, fort du silence de la communauté internationale, ne soit décidé à réoccuper la bande de Gaza et à la fragmenter en plusieurs «bantoustans». J’ai du mal aussi à imaginer qu’il ait lancé l’opération sans avoir obtenu le feu vert des Etats-Unis. Je suis à la fois sans illusions et décidé à lutter contre mon pessimisme.

SOURCE: Jean-François Verdonnet

LE 11 SEPTEMBRE PALESTINIEN A COMMENCE.

a4-344 Un Palestinien blessé dans l’attaque israélienne de samedi – Photo : AP

Avec la même violence et la disproportion qui va avec, Israël poursuit sans vergogne, ses raids sur Gaza, un petit territoire sans défense. Normal, il a obtenu le blanc-seing de Bush, ce monstre, des Etats arabes (hormis la Syrie et la Lybie) et de l’UE, pour perpétrer ce génocide, en digne héritier de Hitler qu’ils sont. Ils attaquent des Mosquées, tirent sur des camions citernes comme ce matin, dimanche.

Vous voulez encore dissocier ces gens, Olmert, Barak, Livni avec Hitler ? Vous êtes bien gentils mais, franchement, moi, ça me gave. Mais que font les régimes arabes ? Peur d’appliquer la démocratie ? Peur que le Hamas s’il y a une élection légitime demain ne remporte celles-ci et prennent la présidence de la Palestine ?

Quand je pense au traître Mahmoud Abbas, bien dépeint dans cet article prémonitoire, ICI, je commence à comprendre ce qui se passe réellement à Gaza. Complice des nazisraéliens, je reste encore prudent en accusant uniquement les dirigeants mais, ces assasins sont bien élus, non ? Et par qui donc ? Passons.

Dans un silence de Cathédrale, nos experts très dirigés, à l’esprit tourneboulé surtout, sionistes et arabophobes enfin, ne condamnent pas, mais parlent d’une légitimité en ce qui concerne cette riposte qui n’en ait pas une. Etourdissant silence de Barack Obama, le président élu américain qui prend ses fonctions dans 22 jours.

Tuer, lyncher, humilier pendant 60 ans déjà, ne suffit visiblement pas à Israël, spécialiste de la pleurnicherie perpétuelle, ne respectant aucun code, violant toutes les lois. Piller, voler, violer un peuple sans défense, y montrer ainsi ses biscottos est un vrai signe de « force ». Quelle honte !

Oui, toute honte bue, voilà ceux qui se cachent derrière une supposée réponse au Hamas, pour éradiquer un peuple entier, avec la complicité de Mahmoud Abbas et des dirigeants Arabes. Ils seront tous chatiés, un jour ou l’autre. Tout se paie ici bas. J’ose espérer que je serais encore vivant, pour voir comment, ces gens s’autodétruisent. D’ailleurs, c’est parti. A travers ce 11 septembre palestinien, naît la fin du mensonge israélien de paix. On m’a appris que le plus fort est celui qui tempère. Voyez l’exemple israélien. Il est aux abois, non ?

PARALLAX