POURQUOI MANUEL VALLS NE POSE-T-IL PAS CES QUESTIONS ?

J’ai lu ici et là que le député-maire d’Evry, l’immigré catalan donc blanc Manuel Valls, avait fauté (voir vidéo en dessous). Mais, il va dans mon sens aussi bizarre que ça puisse paraître. De prime abord, j’ai été choqué avec sa sortie, considérant qu’il estimait que les noirs donnaient une très mauvaise image de sa putain de cité, de sa sublime ville sa mère.

Mais, finalement, au lieu de crier avec les loups, n’est-il pas plus exact de renverser ses interrogations en lui posant, non, en lui demandant de poser un certain nombre de questions puisqu’il parle de mixité sociale, de mélange donc ? Une mixité sociale sa grand-mère, si vous voyez ce que je veux dire. Ne soyez pas surpris de ma prose du jour, je m’entraîne à parler français-banlieue…

Revenons à nos moutons. Valls est considéré comme monsieur « sans langue de bois ». Quand on l’entend sur la sécurité et consorts, on a toujours l’impression qu’il règle « ses » comptes avec l’immigration, la sienne qui serait une réussite par sa naturalisation dans les années 1980 et son parcours, confrontés ou du moins comparés à la série en dents de scie des Africains blancs ou noirs.

1-) Alors, pourquoi Valls n’insiste-t-il pas sur la fin du monocolorisme (néologisme) à l’Assemblée ? Celà rendrait-il ou donnerait-il au Palais Bourbon une mauvaise image ?

2-) Et si on parlait télévision: pourquoi n’insiste-t-il pas, lui, spécialiste de la mixité, pour qu’il y ait plus de noirs et d’arabes dans les chaînes de télévision, surtout publiques ou considérées comme tel. 

3-) Le Maire d’Evry et député de l’Essonne[fr] a 16 adjoints dont 2 noirs et 1 arabe. Mais pourquoi ne commence-t-il pas à appliquer cette mixité chez lui ? Je pose la question parce que parmi ces 3 personnes, la première vient en 6e position, la seconde en 11e et la dernière en 15e position dans la hierarchie. Je croyais qu’ils étaient majoritaire dans la ville….hum.

4-) Prenons enfin l’exemple de Neuilly: la ville qui refuse de construire des HLM, constamment épinglée et qui joue à la résistance, et pourtant, Manuel Valls, le gai catalan, n’a jamais posé, osé poser la question. C’est vrai qu’en ce moment, il miroite semble-t-il, un poste ministériel.

Je n’ai rien contre ce monsieur mais, il faut que ce poker menteur qu’on nous sert tous les jours alors que le communautarisme de l’élite blanche est criard cesse.

PARALLAX 

CRISTIANO RONALDO LARGUE PARIS HILTON….

…Déjà ?

C’est à ne rien comprendre. Après avoir passé avec elle une soirée tous azimut, glamour, caliente et soft trash puisqu’il l’a retrouvé chez sa soeur Nicky, le beau portugais était invité chez elle le lendemain.

Tous les paparazzi de Hollywood étaient à l’affût, rêvant d’immortaliser ce moment princier et inoubliable qui rapporte aussi gros, d’un big bisou langoureux dont les photos valent sans doute, une petite fortune. De quoi passer l’été à Hawaii ou aux Bermudes, pourquoi pas aux Îles Caïman à dépenser sa manne sans souci.

De ce petit séjour chez Paris, Cristiano ne resta qu’une heure selon les observaturs qui était aux aguets, avant de repartir terminer la soirée avec des amis dans son hôtel puis, il s’envola pour Las Vegas seul, où viendront le rejoindre ses ex coéquipiers, Rooney et Rio Ferdinand.

Mais surprise, dans le carré VIP où il se trouvait, on compris qu’il avait donné rendez-vous à une sublime brunette. Qui est cette belle fille doit se demander Paris Hilton qui croyait tenir son David Beckham à elle ? N’avait-elle pas dit qu’elle rêvait d’avoir juste deux enfants qu’elle prénommerait David pour l’un et Victoria pour l’autre ? C’est à croire qu’on commandait les sexes des bébés. Passons.

Mais, où le bât blesse, c’est que Cristiano n’aurait pas adhérer aux exigences de Paris qui enfin, a envie de se poser. Il n’est pas trop tard miss. Mais, apprivoiser un gamin de 24 ans, adulé, chéri et surtout mignon, il va y avoir du sport ma chère.

PARALLAX

Qu'ils sont curieux ces photographes !

Qu'ils sont curieux ces photographes !

Non, je ne connais pas de Paris, la ville ?

Non, je ne connais pas de Paris, la ville ?

OMAR BONGO SERAIT VIVANT !

Comme une trainée de poudre, la frénésie des dépêches ne s’est pas fait attendre. L’emballement médiatique n’a pas tardé dès l’annonce par Le Point du décès du chef de l’Etat gabonais, El Hadj Omar Bongo Ondimba, 73 ans, anciennement Albert-Bernard Bongo avant sa conversion à l’Islam et le rajout plus tard d’Ondimba, nom de son géniteur.

Lire la suite