Elisabeth Levy, sur le même terrain que le négationnisme

Là ou j’écris aussi, chez Agoravox, on a le droit à tout. Et surtout au pilonnage régulier des pro-israël, toujours prêts à sortir l’obus au phosphore dès qu’on touche à un cheveu de la politique irréaliste de Benjamin Netanyahou. On connaît les noms, en général, même ici, je ne vous en refais pas la liste. Parmi ceux-ci, l’une d’entre elle, qui fait dans le prosélytisme journalier, a posté hier une sorte d’avis à la sauvette évoquant je cite, « l’intelligence d’Elisabeth Lévy« , et en faisant deux posts plus loin la publicité pour le site « Causeur.fr » où la dame est rédactrice en chef. Je suis donc allé voir par curiosité ce que racontait ce site, et ça tombe bien car dedans il y a un superbe édito signé Levy, qui s’intitule « Zemmour et les pitbulls » et qui a comme sous-titre « Quand la droite veut être de gauche, c’est pas beau »… Et effectivement, à le lire on n’est pas déçu en effet…

A défaut d’être subtil, on a au moins tout de suite une idée du contenu. Levy, qui a la finesse d’un fer à repasser, assène tout de suite la couleur. Elle n’est pas de gauche en tout cas. Il s’agît clairement en effet de faire remarquer avant tout que ce sont bien les gens de gauche qui critiquent Zemmour. Elisabeth Levy, éléphant dans le magasin de porcelaine du Paf, a en effet oublié une chose primordiale : Zemmour est bien de droite, et pas de n’importe laquelle. De l’extrême droite, comme le soulignent ouvertement ses soutiens en politique. Un « journaliste intelligent, patriote », en dit Bruno Gollnisch à a fin d’un meeting, « sans doute celui qui est le plus proche de nos idées », en dit Alain Soral, qui ajoute « le jour où il n’y aura plus Zemmour ça sera moins bien et on le regrettera », et qui ajoute aussi avec sa légèreté habituelle de scaphandrier à qui Zemmour sert de caution :« il est d’une communauté qui le protège d’une certains suspicion » affirme-t-il sans sourciller. L’allusion à la « communauté juive, que ne cite pas Soral, est grotesque, et bien dans la lignée de sa pensée qui en a séduit plus d’un (et d’une), on le sait ici-même. La polémique qui lui est faite est dérisoire » en dit également Marine LePen qui lui réitère son « soutien » : il n’y a pas, à voir ce qui se reconnaissent dans ces propos, on a une idée très précise du banc politique qu’occupe Zemmour.

La rhétorique oiseuse de Levy est prononcée d’emblée : « Ils dénoncent au nom de la morale, excommunient au nom de la tolérance et prétendent interdire au nom de la liberté. » Ce discours est bien connu et bien rodé : c’est exactement celui des… négationnistes, qui, pour permettre à un Zündel ou un Faurisson de s’exprimer, en viennent invariablement à citer le premier amendement US. Celui qui autorise le droit de tout dire, et de se balader en ville avec un brassard avec une croix gammée, au sein de la sacro sainte liberté d’expression ! Et voilà le monde de Levy qui s’effondre : elle, si prompte à enfourcher les sirènes anti-Faurisson, là voilà qui utilise les mêmes ficelles que lui pour défendre son petit camarade de promotion médiatique ! A l’extrême droite, on a toujours les mêmes réflexes à vrai dire : pour eux, tout ce qui est à gauche est… communiste. Zemmour est à ce stade bloqué de réflexion, et Levy également. Et dans leur langage, ça transparaît vite : « En général, pour nos maccarthystes de la gauche indignée qui passent leur temps à traquer le dérapage raciste, homophobe ou idéologique, un clou chasse l’autre. »…

Ils utilisent toujours un vocabulaire qui est extrêmement typé. Ici, cette fois encore, celui de la guerre froide dont ils n’ont toujours pas réussi à s’extirper. C’est quand même drôle de voir une Levy chantre habituelle de la nouveauté (et de la libération de la femme entre autre) utiliser des mots datant de l’ère Kroutchev. C’est particulièrement significatif, chez elle et ses petits « camarades », d’un blocage récurrent sur ce qu’est la gauche et les idées à laquelle elle tient. Levy, comme Zemmour, n’ont toujours pas dépassé le stade du couteau entre les dents. Leur pensée peine à survivre au XXe siècle, ils vivent le martyr au XXIe, ses pauvres chéris. Ils n’ont pas supporté l’accès des peuples à la démocratie !

Mais chez elle, ça va encore plus loin avec ce genre de propos : à force de vouloir défendre à tout prix son collègue, voilà notre Levy déchaînée, qui se lance dans une apologie assez inattendue à vrai dire de …. la peine de mort :« Hortefeux, Besson, Frêche et même Robert Ménard qui a commis les crimes d’avouer qu’il préfèrerait que sa fille soit hétérosexuelle et de dire qu’il ne se battrait pas pour éviter la peine capitale à Dutroux : la liste des infréquentables s’allonge chaque jour ». Faut-il rappeler à cette furie que ce qui caractérise un pays civilisé c’est l’absence de peine de mort, ou rappeler le long combat mené par Robert Badinter pour que la France accède enfin à un degré de civilisation que la veulerie humaine lui refusait jusqu’alors ? Un Badinter, qui a réussi à démontrer que les thèses de Faurisson étaient celles d’un faussaire de l’histoire, et que non, on ne peut pas tout dire, à savoir chez lui tout nier, à moins d’aller à l’encontre de l’histoire. Pour éviter, par exemple, le « poison » Dieudonné.

Ce problème de vocabulaire chez Levy est patent. Quand ce n’est pas le mot « antisémite » qui sort de sa bouche dès qu’elle a vidé son tiroir à arguments, comme chez d’autres ici, ce qui arrive vite, à vrai dire, ce sont d’autres vocables, dont l’inévitable « doxa« . Ça, on y a droit une fois sur deux, avec la tout aussi inévitable « pensée unique » dont se gargarise un LePen : « Par-dessus le marché quand il ne la ramène pas avec le réel rien que pour nous gâcher la vie, l’ami Zemmour a sur la plupart des sujets des opinions différentes de celles des gardiens de la doxa – et même parfois des miennes : sur l’IVG, il pousse le bouchon un peu loin à mon goût de femme libérée. » Toute l’hypocrisie d’une Levy en une seule phrase. Son soutien à Zemmour s’arrêterait à celui de la position de Zemmour à propos de l’avortement. Un Zemmour qui se ridiculise à la radio en lisant péniblement (et fort mal) une dénonciation des « slogans des années 70″. Simone Veil, récemment devenue immortelle, appréciera : la voilà elle aussi devenue jeteuse de pavé de 1968. Dans l’univers Zemmourien, il n’y a pas de nuances : pas de couleurs et pas même de niveaux de gris : il n’y a que du noir, ou que du blanc. On comprend beaucoup mieux ses saillies sur les noirs et les arabes, soudainement. Pour lui, la loi Veil est en effet une « fureur égalitariste ». Il a effectivement un problème de vocabulaire, ce Zemmour. Comme son admiratrice et sa « doxa« . Et lui de nous ressortir l’inévitable « nous avons tous été des fœtus » Pro-Life que ne renierait pas un Xavier Dor, l’illuminé de service. Celui qui parle « d’abolir la loi » Veil. Non, Zemmour nage bien dans les eaux putrides d’une pensée d’extrême droite, et ceux qui, commme aujourd’hui Elisabeth Levy viennent lui apporter leur soutien, la cautionnent. Quand on parle de « fureur égalitaire« , on songe en effet à un fuhrer dictatorial et non à autre chose. Zemmour n’a toujours pas digéré Mai 68 et ça se lit sur chacun de ses écrits. C’est bien un réactionnaire dans toute sa splendeur, « l’ami Zemmour » d’Elisabeth Levy.

Et Elisabeth Levy de conclure avec un slogan digne de ceux qui réclamaient récemment encore la libération de Ernst Zündel, néo-nazi partisan de l’holocauste : « Ne nous y trompons pas. Avec sa liberté, c’est la nôtre qui est menacée. » A trop vouloir défendre la liberté de prôner des thèses douteuses, Levy cautionne les pires idées, et vient défendre Zemmour avec les mêmes arguments qui permettent à ceux qui nient la Shoah d’exister : s’en rend-t-elle compte ? Je ne le pense pas. La bêtise est bien la chose qu’elle partage le mieux avec Zemmour.

Source: Centpapiers (Canada)

Publicités

SOUTENIR ISRAËL C’EST ÊTRE RACISTE, NEGATIONNISTE ET NAZILLON !

Avertissement: Ce texte parle du Gouvernement israélien et de ses soutiens, non du peuple juif ou israélien.

————————————————————————————————————

Avec un empressement conséquent, on a vu les soutiens de mauvaise foi de l’Etat hébreu se murer dans un silence complice lors de la tentative de génocide avortée contre Gaza, avec la sale opération « plomb durci » ou génocide programmé pour être plus juste.

On a vu les professionnels de l’indignation sélective se lever à chaque fois qu’une roquette Qassam touchait Israël, ou du moins, la Palestine car, faut-il le redire, Ashkelon est un territoire volé aux palestiniens et par conséquent, une roquette ici tombe en réalité sur la terre palestinienne ?

Ceux qui saluaient avec envie la condamnation du président soudanais, Omar Al-Béchir par la CPI pour crimes de guerre, n’ont pas visiblement envie que ceux qui ont commis des crimes au vu et au su de tout le monde à Gaza, avec notamment des témoignages au sein même de l’armée israélienne ne soient impliqués à leur tour. D’ailleurs, à cet effet, les petits nazillons qui gouvernenet Israël se sont empressés de les disculper.

Pourquoi soutenir Israël serait-il en définitive du racisme ?

Le projet de la mise sur pied de l’Etat hébreu ne fut pas mauvais en soi, vu les exactions dont ont été victimes les juifs sous le joug de hitler (minuscule volontaire). En revanche le projet sioniste d’éradication de ceux qui vivaient et vivent encore sur ces terres et le refus qu’ils puissent revenir s’y installer alors qu’on revendique soi-même son implantation n’est que du racisme. Si ce n’est le cas, dites-moi donc, de quoi s’agit-il ?

Pourquoi soutenir Israël serait-il du négationnisme ?

Vous avez remarqué qu’Israël s’est doté d’un gouvernement d’extrême droite, plus violent que le borgne de France JMLP que j’exècre, et pire que feu Jorg Haider, avec les sorties du nazillon Avigdor Lieberman qui remet en question…verbalement heureusement les accords précédents d’Annapolis en vue de la création de deux états: Israël et Palestine. Bizarrement, ceux qui avec raison condamnaient l’Autriche sont très silencieux sur Israël. Pourquoi ? De voir la volonté affichée par Benjamin Netanyahou de ne pas voir naître un état palestinien n’est ce pas la négation d’un autre peuple ? C’est bel et bien du négationnisme. Si ce n’est le cas, dites-moi ce que c’est.

Pourquoi soutenir Israël serait-il du nazisme ?

Il n’y a pas de doute possible. D’ailleurs, on n’est pas surpris de savoir que le nazisme n’est qu’une émanation européenne. jamais le peuple arabe n’a programmé l’extermination d’un autre peuple, fait essentiellement européen. Or, le nazisme c’est la mise en place d’une idéologie de terreur, de destruction et déradication totale des autres. Est-ce une surprise de voir des soi-disant Rabbin, saluer la mort des arabes ? Est-ce un hasard de voir des déclarations comme celle du ministre israélien des transports hier, qui demande la mort de Nasrallah ? Pourtant, personne ne s’indigne. Si ce ne sont pas des méthodes nazies alors, dites-moi ce que c’est.

Finalement, de voir des régimes arabes comme celui d’Egypte agir de façon négative avec les arabes et de façon positive avec Israël, on se demande même plus pourquoi Hosni Mubarak, ce traitre, reste au pouvoir. Il est simplement soutenu par les Occidentaux, tous ces états racistes, négationnistes et nazis qui ne veulent pas l’émergence d’un Etat palestinien viable mais font semblant. Il n’y a aucune solution militaire envisageable. Quand est-ce que justice sera faite au peuple palestinien ?

PARALLAX 

ISRAËL CE FAUSSAIRE !

Parole d’un Juif libre.

« Le faux est condamné à disparaître… »

Il est vraiment triste de vivre dans ce monde avec toujours une partie du genre humain qui n’a pas froid aux yeux pour trouver de quoi justifier l’injustifiable et défendre l’indéfendable, avec la plus sereine arrogance et la plus insolente impudence. Et c’est très heureux que subsiste cependant, chez la partie du genre humain victime de toute injustice, cette infaillible force endogène dite à très juste titre résistance. Il s’agit de la juste résistance à l’infamie et à l’injustice ; la résistance que tous les bourreaux racistes se sont toujours plus à appeler terrorisme. Une telle force traverse les générations des peuples opprimés, d’une manière croissante, pour finir par débouter l’ignominie et assoir la justice et la dignité. Citons en guise d’exemples ces quelques cas dans la récente histoire humaine :

• L’Algérie française a fini par disparaître même après cent trente ans d’existence.

• L’apartheid en Afrique du Sud, a fini par être banni et Mandela, l’ex-terroriste pour les Blancs du pays et pour leurs suppôts ailleurs, a fini par devenir l’un des illustres symboles de la liberté dans le monde.

• La Rhodésie de Yann Smith a connu le même sort.

• Le régime soviétique était si faux qu’il a dû, entre autres, ériger un mur pour se défendre de son implosion de l’intérieur, plutôt que de toute menace de l’extérieur comme c’est la cas aujourd’hui de la colonie sioniste en Palestine. Et malgré toute la puissance de ce régime totalitaire communiste, sa vie n’a pas pu dépasser les sept décades.

Le juste et normal est assez fort par sa seule force intrinsèque pour survivre aux plus dures épreuves. Le faux dépourvue d’une telle force doit se doter de toute la puissance militaire et économique et de solides soutiens politiques extérieurs pour survivre et vaincre pour un moment le juste qui ne cesse de le narguer avec les moyens du bord. Le faux ne peut subsister que sur le bout du canon par le feu et le sang. Il ne peut donc survivre que par la pratique du terrorisme dont il accuse ses victimes. Mais tôt ou tard il finit toujours par s’user, faiblir, puis céder et enfin disparaître au profit du juste.

La colonie « Israël » disparaîtra sûrement un jour au profit d’une Palestine démocratique et laïque pour tous.

Moralité : tout comme la colonie dite « l’Algérie française », la colonie dite « Israël », parce que contre nature là où les colons sionistes se sont acharnés à l’implanter pour supplanter les Palestiniens du seul fait qu’ils ne sont pas juifs, finira tôt ou tard par disparaître. Plus le temps passe plus le rejet est si puissant de génération en génération chez tous les peuples de la région. Le fait que la tête admet à contre cœur un organe greffé, son rejet est inéluctable quand le reste du corps le trouve contre nature en son sein. Cela pour dire que la reconnaissance de cet « Etat » contre nature dans la région, par les régimes limitrophes, ne signifiera jamais acceptation par les peuples. Or l’unique reconnaissance qui fait de tout pays un Etat normal dans sa région est la reconnaissance des peuples. C’est ainsi que malgré toute la puissance militaire, médiatique et diplomatique de la colonie dite « Israël » et celle de l’ensemble des puissances qui la soutiennent, jamais les peuples du Moyen Orient ni ceux de l’ensemble du monde musulman, ne normaliseront avec une si flagrante injustice. Et c’est pour cette raison que la colonie sioniste est l’unique au monde à s’emprisonner dans un mur pour se protéger d’un milieu à jamais, sinon de plus en plus hostile. La peur pour sa sécurité et celle de disparaître lui colleront à jamais à la peau. Il s’agit de la très juste malédiction qui prend tout tyran à la gorge pour l’étouffer et lui mener la vie dure jusqu’à ce qu’il cède ou disparaisse.

Dans le monde ce sont toujours les Etats qui ont des armées. Avec la dissolution ou la disparition ou l’écrasante défaite de l’armée, l’Etat subsiste. Ce fut par exemple, le cas le siècle dernier de l’Allemagne et du Japon. Mais l’armée dite Tsahal est plutôt la seule armée au monde qui a fait de sa colonie un Etat. Et celui-ci est donc condamné à disparaître aussitôt cette armée totalement défaite ou grandement affaiblie ou liquéfiée pour une raison ou une autre. Et dès que cette armée ne fait plus peur à ses voisins, commence alors le compte à rebours de la fin de son Etat.

Le faux et contre nature ne voit le jour et ne subsiste que par le terrorisme.

La colonie dite « Israël » est bâtie sur la terre des Palestiniens par les pires des organisations terrorismes qu’a connues toute l’histoire de l’humanité. Tsahal, toujours bien entretenu et bien engraissé par l’Occident, est l’enfant de l’Irgun, de la Haganah et du Groupe Stern, parmi bien d’autres, aussi pires sinon plus, et qui sont tous de très triste mémoire pour les Palestiniens et le monde musulman. Il s’agit d’un terrorisme tapissé jusqu’à nos jours de feu, de sang, de destruction sur destruction et d’un insolent et impudent mépris pour la vie humaine.

Toute paix juste fera fondre la colonie sioniste comme un morceau de glace dans l’eau.

A la faveur de toute paix juste éventuelle, avec comme corollaires des frontières « normales », la colonie sioniste dite « Israël » fondra lentement mais sûrement, comme un morceau de glace dans un verre d’eau. En des termes plus clairs, la démographie des Arabes y connaîtra un boom unique au monde, sous l’effet d’abord d’une fécondité élevée chez les Palestiniennes, et sous l’effet ensuite et à moyen terme, de plusieurs types de migrations, à savoir :

1.    l’incontournable, longue, lente mais très sûre immigration palestinienne du retour au pays. Un tel retour se fera même par la corruption des gardes frontières qui n’auront plus rien à perdre.

2.    l’émigration inverse et rapide des juifs ashkénases surtout, vers les pays d’origine ou vers d’autres pays d’accueil dans le monde. Ces juifs d’origine occidentale supportent mal toute vie dans un milieu de plus en plus oriental dans la colonie.

3.    l’immigration économique massive et toute naturelle des Arabes et non Arabes désœuvrés chez eux, vers une colonie à économie plus développée par un dopage occidental.

Les colons sionistes ne le savent que trop bien. Et pour la préservation à tout prix d’un Etat juif contre nature dans la région, ils ont une farouche aversion de toute paix de toute sorte. Pour la sauvegarde et la subsistance de cette folie, ils doivent se résigner à subir, en dehors de tous les humains sur cette planète, la malédiction de survivre en permanence en état de guerre avec les peuples de la région. Pour leur folie, ils sont les seuls au monde à supporter la malédiction de vivre tout le temps dans un immense bain de haine tout au tour. Et pour comble de malédiction, il s’agit d’une haine qu’ils ne cessent de cultiver par eux-mêmes et avec le meilleur des soins. Ils passent au monde pour les meilleurs à savoir se faire haïr non seulement par les Arabes et les musulmans mais au aussi le reste des peuples de la terre.

Le terrorisme colonialiste s’use toujours au profit d’une résistance de plus en plus forte.

En dehors de toute paix juste que les colons sinistres craignent pour la survie de leur Etat juif, leur colonie dite « Israël » ne subsiste et ne subsistera toujours que par le terrorisme surarmé. Sauf que les tendances en matière de courage et de peur chez les sionistes d’une part et chez les Palestiniens et les Libanais d’autre part évoluent sans cesse et de génération en génération, selon des tendances inverses. Comme partout dans l’histoire, les peuples victimes de l’agression sont au fil du temps de plus en plus courageux pour la défense de leur dignité humaine, au point de braver la mort sans la moindre hésitation. Cependant leurs agresseurs connaissent au fil du même temps la tendance inverse.

Nous en voulons pour preuve les tous premiers Palestiniens de 1948, qui ne se doutaient de rien, et qui fuyaient à la moindre détonation ou rumeur de massacre, laissant tout derrière eux. Ont en bien profité pour les supplanter, les tous premiers pionniers sionistes, qui étaient eux plutôt bien aguerris par les affres des guerres en Europe. Aujourd’hui, il y a longtemps que la même politique sioniste terroriste ne tient plus. Les Palestiniens tout comme les Libanais d’aujourd’hui, non seulement ne fuient plus et sont toujours de plus en plus nombreux, mais affrontent tous les risques et tous les dangers réels et préfèrent de loin la mort dans la dignité que la vie sous l’humiliation de l’occupation. Et l’on voit ainsi que leurs enfants qui ont vécu sous les balles et les bombes des sionistes n’ont plus peur de rien. Nous les avons vus, faire face à la mort dès le très jeune âge avec un courage qui n’a pas d’égal au monde. Ils y font face, poitrine nue et avec n’importe quoi, des pierres des coquetels Molotov, ou même à main nue. Ils s’exposent ainsi aux armes de guerre les plus sophistiquées au monde, sachant bien que leur ennemi qu’ils narguent ainsi, n’hésite pas à les tirer comme des lapins dans un stand de tir.

De l’autre côté tout le monde peut voir aujourd’hui comment les nouvelles générations des sionistes font dans leurs frocs et courent se cacher dans les abris, rien qu’au siffle d’une Katioucha tirée par les combattants du Hizboullah. Et il y en a qui meurent d’une syncope à la moindre déflagration. Les demandeurs de visas pour l’émigration inverse, se comptent par centaines de milliers. Cela rappelle le flux migratoire des pieds noirs d’Algérie vers la France, il y a quelques décades. L’on compte parmi ces sionistes fuyards de nombreux jeunes appelés au service militaire, et à l’instigation de leurs propres familles.

Hizbollah, Hamas et le Djihad islamique sont très forts de leur sentiment de se trouver chez eux sur leur propre terre. Et celui qui doit quitter la région se sont les sionistes qui sont venus d’ailleurs et qui doivent y retourner même quand ils sont nés en Palestine. Si ton père occupe illicitement ma maison, ce n’est parce que tu y es né que tu as le droit de m’en déposséder. Et tant que l’injustice perdure, affaiblir ou corrompre un mouvement de résistance, ne conduit qu’à la naissance d’autres mouvements plus forts et plus intègres pour défendre les droits de leur peuples. C’est ainsi que le Fatah aussitôt assujetti, il s’est vu supplanté par le Hamas et le Djihad.

Et aujourd’hui au Liban et face aux très courageux et fiers combattants du Hizbollah qui sont chez eux, l’élite Goulani qui vient d’ailleurs, connaît les pires déboires de toute son histoire. Aller confronter Hizbollah est pour les jeunes sionistes un aller simple à la mort sans retour. Et ils n’en sont que plus sûrs à cause des mères qui tremblent derrière eux. De l’autre côté se sont plutôt les mères qui appellent leurs propres enfants à mourir pour la défense de leur dignité tant bafouillée par les sionistes. Pour la cause les Palestiniennes et les femmes chiites au Liban, connaissent le taux de fécondité qui soit de très loin le plus élevé au monde. Face à cette situation, où la très puissante armée sioniste ne fait plus peur aux peuples de la région, et faute de mieux, l’on fait appel aux réservistes, vétérans d’autrefois, mais minés d’arthrose à force de l’âge. Les sionistes en sont réduits à demander des forces internationales pour sécuriser leurs frontières.

Après cinquante huit années d’une très pénible existence, l’entité sioniste, parce qu’injuste, est la seule au monde qui parle toujours de vie ou de mort à chaque crise. Shimon Pérez qui a vécu tout ce temps après ses compères, est là pour le constater une fois de plus et l’attester avec la plus grande amertume dans l’âme du sioniste pur et dur, trop longtemps aveuglé par sa débile arrogance. Il a gâché toute une vie pour rien, pour un rêve qui s’avère, comme il se doit, un simple mirage. Il s’entêtait à ne pas savoir que le faux contre le juste n’a nulle chance de l’emporter, même avec les bombes de multiples Démona et même après plus d’un siècle. Il ne voulait pas croire aux leçons de l’histoire. Il a pourtant assez vécu pour l’apprendre à ses dépends. L’entité sioniste, parce que basée sur le faux, devait se savoir condamnée tôt ou tard à disparaître. Tout autour et partout dans le monde, il n’y a nul autre Etat que l’entité sioniste, qui ne se sait sûr de sa solide pérennité et n’a nul inquiétude sur son existence.

Les sionistes n’en sont avec le temps que plus conscients, et pourtant ils s’obstinent à faire face. Et dire que les Arabes et les musulmans sont des barbares ; des apaches qui ne méritent pas de vivre ; et constituent une vermine propre à exterminer au profit des très gentils juifs, bons démocrates et civilisés nés, non seulement ne changera rien à la donne, mais contribuera à renforcer le sentiment d’injustice chez les générations futures, accroît leur haine contre ce régime intrus chez eux et raffermit son rejet et la résistance.

Israël est le principal facteur d’instabilité dans la région et de menace de la paix dans le monde.

Entre temps le monde doit en baver. Sans l’Etat d’Israël, il n’y a absolument nulle raison qu’il y ait une quelconque confrontation entre le monde musulman et l’Occident, comme il n’y en a aucune entre ce monde et le reste des peuples de cette planète non impliqués par Israël dans son soutien. Le monde musulman tel qu’il est, est toujours en paix avec toute l’Afrique, toute l’Asie, et toute l’Amérique Latine qui ne sont pas sollicités par Israël pour le soutenir contre le peuple palestinien. Il n’y a que l’Occident qui se trouve mené par les sionistes comme un taureau et par le bout du nez, pour foncer contre le monde musulman qui n’accepte pas et n’admettra jamais l’injustice infligée aux Palestiniens. Sans Israël, c’est sûr que la plus grande partie des conflits qui ont fait coulé et font toujours couler du sang à profusion dans le monde musulman n’aurait pas existé. Et c’est sûr aussi que ce monde et le monde occidental aurait vécu en paix.

Le monde sans Israël aurait été plus paisible plus stable et plus fraternel.

Sans Israël, c’est sûr qu’il n’y aurait ni OLP ni Fatah ni Hamas ni Djihad ni même Al-Qaida. Et c’est sûr qu’il n’y aurait non plus nul mouvement radical de n’importe quelle obédience au sein du monde musulman. Dire aujourd’hui que les USA et l’Occident se servent d’Israël pour défendre leurs intérêts dans la région, ne résiste pas à l’analyse. Car sans Israël, l’Occident se serait beaucoup mieux servi chez les Arabes et les musulmans, dans le calme, sans nulle animosité contre lui de la part des peuples et sans le moindre risque pour ses intérêts.

C’est plutôt le lobbie sioniste qui se sert de sa très puissante influence en Occident pour l’obliger par l’arnaque à défendre à tout prix Israël et entrer ainsi en conflit avec les peuples du monde musulman, au détriment de la sécurité de ses intérêts. Pensons à l’AIPAC aux USA. Ce monstre diabolique veille dans ce grand pays à une politique étrangère très hostile aux Arabes et au monde musulman. Et la réaction ne se fait pas attendre; le drapeau américain est le seul parmi ceux de tous les pays du monde à être vu souvent brûlé sur la place publique avec le drapeau d’Israël. Ce n’est pas par animosité contre le peuple américain qui est toujours manipulé chez lui par les médias pro-sioniste. C’est plutôt contre son élite politique qui se trouve menée par le nez par l’AIPAC pour foncer contre le monde musulman qui refuse et refusera toujours d’admettre l’injustice infligée au peuple palestinien, voilà près de six décades.

Et puis Israël restera tant qu’il existe, le puissant frein à la démocratie dans le monde musulman. Via l’influence de l’Occident, les sionistes y veillent au soutien et au maintien des régimes dictatoriaux, dévolus toujours par l’arnaque, au sionisme, contre la volonté de leurs peuples. Et toute pratique démocratique y est cent pout cent de nature, comme en Palestine, à dégager une majorité politique écrasante hostile à Israël. La propagande censée promouvoir la démocratie par l’Occident dans le monde musulman, n’est donc qu’un message de menace à l’adresse des despotes pour qu’ils restent fidèles à Israël et mieux étouffer chez eux les voix hostiles. C’est si vrai que si demain l’Iran et la Syrie s’avisent à admettre la reconnaissance d’Israël, ils seront pour les USA et tout l’Occident, tels qu’ils sont à l’instant, de très gentils régimes on ne peut plus démocratiques aux plus grand mépris de leurs peuples qui pensent le contraire.

Il convient d’ajouter que sans Israël tous les musulmans n’auraient nul grief contre nous les juifs, et nous n’aurions en juste retour nulle raison d’avoir des griefs contre eux. C’est parmi eux que nous avons toujours vécu en paix. Et c’est avec eux que nous avons légué à l’humanité la fameuse civilisation andalouse, et c’est grâce à eux que nous avons pu transmettre à l’Europe de quoi la faire sortir des ténèbres du Moyen âge. Israël en revanche, depuis sa création n’a semé que destruction sur destruction et coloré toute son histoire de sang. Et il s’en vante ; quelle honte!!! C’est cette arrogance qui a nourri l’extrémisme islamiste dont pâtit en premier lieu et au premier rang les musulmans eux-mêmes. Et puis, non seulement Israël a réalisé la triste performance de posséder de quoi détruire plusieurs fois le monde musulman, mais ne cesse de menacer la paix mondiale en attisant l’extrémisme en son sein et par là même la haine injustifiée du reste du monde contre cette grande communauté. Je m’attends à tout des défenseurs du faux et du contre nature. Je m’attends, entre autres, à ce qu’on m’accuse de ne pas être un juif de pur sang ; c’est très logique dans les cordes des racistes. Ils peuvent même aller jusqu’à m’accuser d’avoir le sang juif pollué par du sang arabe. Cela ne change rien à la nette distinction entre le juste et le faux. Tôt ou tard l’histoire tranchera sans nul doute.

Moi David, je ne suis que l’un des nombreux juifs libres dans le monde. Nous tenons à ce que le monde entier sache que ces juifs et moi parmi eux nous nous considérons comme de simples hommes parmi tous les hommes de toutes les confessions et de toutes les cultures. Nous sommes en même temps très fiers de notre judaïté. Sauf que l’existence même d’Israël, qui se veut un « Etat juif », nous fait honte. Et nous tenons à faire entendre notre voix malgré toutes les pressions pour l’étouffer.

Les sionistes peuvent vociférer tant qu’ils peuvent ; en Palestine leurs vociférations se font à coup de canons qui fauchent chaque jour des vies innocentes tirés comme des lapins et par paquet parce que coupables de refuser l’injustice.

David Ouziel

Chambre à gaz: Williamson et Faurisson lynchés mais pas Abrahamowicz !

Prêtre intégriste italien: les chambres à gaz ont servi « à désinfecter »

Image © AFP

Le camp de concentration d’Auschwitz en janvier 1945

Savez-vous pourquoi ce prêtre n’est pas lynché comme Williamson et Faurisson ? Et bien, parce que son nom ne rime pas avec SON. Cherchez l’erreur ! Mort de rire ? Eh bien il est juif ! CET ARTICLE A ETE PUBLIE….LE 29 JANVIER DERNIER.  PARALLAX

« Je sais que les chambres à gaz ont existé au moins pour désinfecter mais je ne saurais dire si elles ont causé des morts ou non car je n’ai pas approfondi la question », a déclaré le prêtre Floriano Abrahamowicz, responsable de la communauté intégriste catholique de la Fraternité Saint Pie X pour le nord-est de l’Italie.

Cette interview a été réalisée après le scandale suscité par l’évêque intégriste Richard Williamson dont l’excommunication a été levée par le pape bien qu’il ait tenu des propos négationnistes.

Dans un entretien à la télévision suédoise diffusé il y a une semaine, l’évêque intégriste avait affirmé: « je crois qu’il n’y a pas eu de chambres à gaz (…) Je pense que 200.000 à 300.000 Juifs ont péri dans les camps de concentration, mais pas un seul dans les chambres à gaz ».

« Williamson a certainement été imprudent en se prononçant sur des questions techniques », poursuit Floriano Abrahamowicz qui, mettant en avant ses origines juives, assure qu’il est « vraiment impossible pour un catholique d’être antisémite ».

Le prêtre italien voit dans cette polémique une manoeuvre « contre le Vatican ».

« La critique que l’on peut faire sur la tragédie de l’Holocauste est qu’on lui donne la suprématie par rapport aux autres génocides. Si Mgr Williamson avait nié à la télévision le génocide de 1,2 million d’Arméniens par les Turcs, je ne pense pas que les journaux auraient parlé de ses déclarations de la même manière », a ajouté le prêtre italien.

Source: Le matin.ch

LES SIONISTES NE SONT PAS RACISTES…

…C’est en substance ce que veut faire passer la presse française. Auprès du grand nombre. Mais, bien évidemment, tout en contrebalançant par le fait que, de l’autre côté, chez les pro-palestiniens, la haine, la violence et tout le tralala négatif, serait l’apanage.

On a vu un membre du Parti Socialiste français, Arnaud Montebourg, pour ne pas le nommer, qui a par ailleurs un grand-père Arabe, accuser ceux qui participaient aux différentes marches contre le génocide perpétré à Gaza, de laisser passer des propos antisémites, oubliant bien sûr au passage, qu’une minorité ne pouvait faire la majorité.

Dans les cortèges pro-palestiniens donc, comme dans ceux pro-israéliens, des racistes se glissent. Scandent des slogans haineux, sans que pour autant, ça ne soit la panancée. Une journaliste du Progrès, journal lyonnais, vient d’apprendre à ses dépends, qu’il ne fallait jamais incriminer les sionistes, les soupçonner du moindre racisme.

Encore une fois, avoir le courage d’aller marcher au nom d’un génocide, c’est n’est pas débile, mais plutôt hitlérien. Suivez mon regard. Je n’imagine pas un seul instant, le Hamas, avoir l’arsenal de Tsahal, et entrain de perpétrer un génocide en Israël, d’avoir le même silence complice et l’acceptation d’une marche, pour fêter les héros « islamistes ». Que veut dire ce mot, islamiste d’ailleurs ?

Evidemment, avec la même force, je condamnerai. Au lieu d’accuser la terre entière d’antisémitisme, la communauté juive ferait mieux de balayer devant sa porte.

Je vous laisse découvrir la mésaventure de cette journaliste, ICI.

PARALLAX.

ISRAËL HORS DU MOYEN-ORIENT VITE !

une_huma.JPG
« Cessez le feu unilatéral »
accompagné d’une réoccupation de Gaza !

Telle est la sanction finale infligée par Israël, état terroriste, à l’humanité, en particulier aux palestiniens et à la « communauté internationale ». « Les objectifs militaires ont été atteints, même plus « , affirme le Premier ministre israélien, Ehud Olmert.« Israël reprendra ses bombardements si nécessaire », affirme le ministre de la défense, Ehud Barak. « Nous allons garder le doigt sur la gâchette si les islamistes relèvent la tête, nous agirons avec force », surenchérit Tsipi Livni, ministre des Affaires Etrangères. Quelle indécence !

On ne pouvait pas faire mieux comme bras d’honneur adressé aux milliers de morts des massacres de Gaza. Les propos guerriers des responsables d’Israël démontrent, s’il le fallait encore, que cet état est HORS LA LOI.A preuve, Ehud Olmert ajoute: » Nous ne voulons aucune pression dans le temps et aucune pression internationale qui puissent nous empêcher d’atteindre nos objectifs. Nous ne sommes pas pressés ». Faut-il rappeler qu’en 21 jours de barbarie inqualifiable l’armée israélienne a fait plus de 1200 morts, au moins 5000 blesses, et détruit toutes les infrastructures vitales palestiniennes?

Manifestement, la « communauté internationale » entend poursuivre sa complaisance criminelle à l’égard d’Israël, à commencer par Nicolas Sarkozy, qui a déclaré devant les médias israéliens: »La décision du gouvernement israélien, unanime, d’arrêter le feu est une décision que nous soutenons. C’est une décision digne d’un Etat démocratique ».Or, on ne peut plus faire l’économie de la vérité après les dernières atrocités de Gaza qui doivent interpeller toutes les consciences de l’humanité, au-delà des appartenances ethniques, cultuelles, religieuses, philosophiques…..

Alors que les « nations civilisées » tentent de faire oublier que l’Etat hébreu vient une fois encore, après sa guerre au Liban en 2006, de commettre des atrocités et crimes contre l’humanité à Gaza, il est temps de dire une vérité qui dérange: Israël est la plus grande menace pour la paix mondiale.La seule vérité qui s’impose après la barbarie furieuse à Gaza, c’est que le « cessez le feu unilatéral«  décrété par les responsables israéliens n’empêchera pas de dénoncer leurs crimes, comme l’ont rappelé les milliers de manifestations « pro-palestiniennes » et la réprobation générale de l’opinion publique mondiale.

Il est temps de se poser LA QUESTION de l’existence d’Israël sur les terres arabes. Si l’idée de la création d’un état pouvant accueillir les rescapés de la Shoah était louable et légitime après la victoire sur Hitler et les fascistes, force est de constater qu’elle s’est révélée tragique pour les peuples arabes, principalement les Palestiniens. La communauté internationale s’est trompée dans son choix d’implanter un état juif en Palestine, c’est peu dire qu’elle doit en tirer toutes les conséquences. Dire que l’état hébreu n’a pas sa place au Proche-Orient est aussi visible qu’un nez au milieu d’un visage.
 

Premièrement, parce que depuis sa création en 1948, Israël n’a jamais applique les résolutions, l’enjoignant à respecter les Palestiniens et ses voisins de la région.

Deuxièmement, parce que Israël est devenu un vecteur d’instabilité et d’insécurité pour ses voisins, qu’il n’a eu cesse de déstabiliser directement ou indirectement pour imposer son hégémonie dans la région

Troisièmement, parce que Israël a élevé l’instrumentalisation de la Shoah au rang de doctrine politique et géostratégique, ce qui lui confère une impunité totale et de sérieuses capacités de nuisance vis a vis de tous ceux qui s’opposent à ses projets expansionnistes.

Quatrièmement, parce que avec son chantage permanent à l’antisémitisme, Israël est parvenu à entraîner le monde occidental dans une culpabilisation éternelle. Cela explique grandement pourquoi les « nations civilisées » se taisent devant les crimes contre l’humanité commis sur les populations civiles palestiniennes.

Cinquièmement, parce que Israël n’entend pas faire la paix et vivre en harmonie au milieu de ses voisins arabes et musulmans. Et pour cause, ses responsables politiques n’ont aucune considération pour le monde « arabo-musulman »,d’où les propos racistes ouvertement tenus à l’encontre des dirigeants et leaders arabes qui ne seraient pas assez « civilises » pour comprendre la supériorité des valeurs dites « judéo-chrétiennes ».

Aujourd’hui, il ne s’agit plus d’organiser des conférences pour proposer des plans de paix qui n’ont aucune valeur aux yeux des responsables israéliens depuis 60 ans. Il est encore moins question, sauf à espérer un « choc de civilisations », de passer par pertes et profits le carnage de Gaza.
Il est temps, à la faveur de la prise de fonction de Barack Obama, nouveau Président états-unien, de mettre un terme à l’arrogance israélienne et à son impunité totale qui pourront définitivement précipiter la planète dans un chaos civilisationnel. S’il y a une grande conférence internationale pour la paix cette année, elle devrait surtout être l’occasion de faire le bilan sur l’existence chaotique d’Israël.A défaut, cet état entraînera le monde dans une troisième guerre mondiale, celle opposant l’occident judéo-chrétien  au monde arabo-musulman. Si on peut redouter une telle confrontation apocalyptique qui plongerait la planète dans un obscurantisme moyenâgeux, il faut croire que les néoconservateurs et les faucons de Tel Aviv, eux, en rêvent.

 

Source: A2N

LES SIONISTES SONT TOUS DES FAURISSON !

On le savait déjà, avec ses officines comme SOS Sionisme, décliné en « SOS Racisme » et tant d’autres encore, que le parti dit socialiste de France, était en fait, celui-là même qui, depuis des décennies, alimentait et alimente toujours,  la négrophobie, l’islamophobie, l’antisémitisme et l’arabophobie, pour survivre. Que font les Noirs et les Arabes dans ce machin ?

Enfin, la vérité est sortie avant-hier, lors de la marche en faveur de Gaza, pas seulement, en faveur de la Palestine, victime d’un véritable génocide que les sionistes, notamment ceux du PS, refusent de reconnaître. Tiens. Sont-ils finalement tous des Faurisson ? Of course ! Mais, c’est élémentaire  mon cher Watson…

Celui qu’on veut clouer au pilori depuis des années, avec de nombreux procès, est-il un cancer qui a métastasé ? Probablement, si l’on en croit leur définition de tout ce pataquès qu’on fait autour d’un papy revisionniste qu’on dit négationniste. Ce dernier vocable leur va si bien. Je pense. 

Devant la face du monde, un vrai génocide est entrain de se pratiquer. Si ce n’était pas un génocide, Patrick Besson allait-il oser dire ceci dans le Point : « L’opération « Plomb durci » de Tsahal dans la bande de Gaza ? Heureusement que les Israéliens ne sont pas serbes, sinon Tzipi Livni et Ehoud Olmert seraient en route pour le Tribunal international de La Haye ».

De voir Arnaud Montebourg du PS se disqualifier tout seul, à propos de la marche de samedi dernier à laquelle, le Parti sioniste n’a pas participé, on comprend tout de suite, ses contorsions. Il a même dit que lors de cette marche, il y avait des slogans islamophobes, comme pour dire qu’il est solidaire de la religion de son grand-père algérien et arabe. Quel menteur !

 VOIR: Arnaud Montebourg, le PS, Gaza et les manifestations

PARALLAX.