Rama Yade: le pavé dans la mare.

J’avoue que finalement, la jeune sous-ministre Rama Yade est bien déroutante. Elle a parfois des déclarations à l’emporte-pièce mais, cette fois-ci, je suis plutôt en adéquation avec ce qu’elle dit. Il ne faut pas avoir fait Science Po pour comprendre qu’elle cherche à défoncer des portes. Lisez plutôt. J’ai entendu certains éditorialistes nous dirent qu’ils ne comprenaient pas ce qu’elle a voulu dire. Quelle hypocrisie !

« Je suis comme une anomalie statistique dans la classe politique (…) en tant que femme issue de l’immigration et jeune, je ne corresponds pas aux canons de la vie politique traditionnelle. »

« Avant je me considérais comme tout à fait normale, mais quand je suis rentrée en politique, on a pointé tout de suite mes différences. »

« En même temps, pour les Français normaux, ceux qui ne sont pas des professionnels de la politique, je suis une Française comme les autres et ça me rassure, ça me rend optimiste pour mon pays. »


Publicités

Le voile s’invite aux Régionales !

Le parti d’Olivier Besancenot, le NPA (Nouveau pari anticapitaliste), a investi une jeune fille voilée, comme candidate dans le Vaucluse en PACA. Quelle belle pub ! Et là, déferlante médiatique.

C’est d’abord le Figaro qui a ouvert les hostilités. Ensuite, toute la meute a suivi, comme ça se fait d’habitude. Pierre copie Paul qui copie Jean qui copie Nicolas. Tiens, Nicolas ?

Ilham Moussaïd, étudiante et trésorière départementale de son parti, membre du «comité populaire» à Avignon est devenue l’une des stars de cette élection Régionales en 24h.

Courageux, Olivier Besancenot a affirmé qu’une femme peut être « féministe, laïque et voilée ». Et encore qu’une femme voilée, «c’est l’image de notre intégration dans les quartiers». Un discours tellement divergent que l’actuel fait du bien. Le NPA, qui vient de se réunir en conseil politique national, a dénoncé la loi contre la burqa, la jugeant «islamophobe et liberticide».

Chacun doit pouvoir être libre de faire ce qu’il veut, notamment dans l’habillement.

Chapeau bas au NPA !

Christophe Alévêque flingue l’hypocrisie 2009.

Ouf ! ça se passe de commentaire. l est simplement sublime Christophe Alévêque. Son décryptage de l’année politique 2009 est un peu trop réelle. Il était sur France 2 hier. Savoureux. Bon, nous, on se retrouve en 2010.

LE RETOUR TRES POLITIQUE DE PRINCE.

PRINCE

PRINCE

Prince, mister Love symbol aka le trublion de la pop, sempiternel kid de Minnéapolis, est de retour. On ne l’avait pas entendu lors de la campagne électorale américaine mais aujourd’hui, il se politise à son tour.

 

Avant-hier, précédent Barack Obama chez Jay Leno, le talk-show comique très regardé aux Etats-Unis sur la chaîne NBC, il se lâche. Suivez bien les paroles. Il déclare d’entrée que la Maison Blanche est maintenant noire, dit que le pouvoir doit revenir au peuple et enchaîne sur les méfaits de la crise en fustigeant AIG et ses bonus aux patrons.

Côté musical, la voix est toujours aussi sympa, posée et drôlement suave. Quant au son, il est au top. Il ne change pas. Ce sont toujours des guitares agressives, de syncopes du rythme de la batterie, du solo d’harmonica, ou du volcan des vocalises du trio qui forme le choeur.

Appréciez maintenant le très bon « Ol’ skool company »

PARALLAX