HONTEUX: DIEUDONNE CONDAMNE.

L'humoriste Dieudonné, le 23 avril 2009 à Paris, lors d'une conférence de presse

AFP/Archives/Patrick Kovarik

L’humoriste Dieudonné, le 23 avril 2009 à Paris, lors d’une conférence de presse

L’humoriste Dieudonné a été condamné mardi à 10 000 euros d’amende par le tribunal correctionnel de Paris pour des propos sur la scène du Zénith lors de la remise du « prix de l’infréquentabilité » à l’historien révisionniste Robert Faurisson par une personne déguisée en déporté juif. Voilà comment on transforme un attentat humoristique en condamnation. Pauvre France ! 

Point de un an de prison avec sursis qui avait été requis à son encontre, le 22 septembre, par le procureur de la République Anne de Fontette. Elle doit être déçue par son zèle non récompensé.

Et quand je vois toutes ces associations, des croqueuses de diamants empêtrées dans leur commerce ridicule, je ne peux m’empêcher de rire. Ces dernières qui s’étaient portées partie civile ont eu droit à un euro au titre de dommages et intérêts et quelque 10 000 euros pour frais de justice.

C’est tout bénéf évidemment si, à vchaque fois qu’on porte plainte contre Dieudonné, on rentre les poches pleines. Je ne sais pas comment ces gens se regardent dans le miroir, après tout leur pataquès, dans un dossier aussi vide.

PARALLAX

MADONNA DEVANT LE TRIBUNAL

Madonna

Madonna

Madonna, star planétaire de la chanson, est depuis samedi au Malawi. De ce voyage, elle souhaite ramener dans ses bagages, Marcy James, 3 ans, petite orpheline qui a perdu sa jeune mère de 18 ans, lors de l’accouchement.

 

 

 

En ce moment, 12h30 heure de Strasbourg, elle est devant un Tribunal, qui statuera sur le bien fondé de cette adoption. Pour faire bonne figure, la madonne est dans ce petit pays pauvre d’Afrique, accompagné de toute sa famille, Lourdes sa fille aînée, 12 ans, Rocco, 8 ans, son fils qu’elle a eu avec le réalisateur britannique Guy Ritchie, et David, 3 ans, le petit malawite qu’elle avait déjà adopté.  

Au Malawi, Madonna a monté un organisme de bienfaisance, le Raising Malawi, qui se retrouve confronté à une situation un peu cocasse. En effet, à l’image d’Oprah Winfrey qui a construit en Afrique du Sud un centre éducatif pour filles, Mlle Ciccone fait pareil au Malawi. Mais, un couac subsiste.

Selon nos informations, de nombreux villageois sont inquiets. Les autorités leur ont demandé de partir de leurs terres où sera implanté le centre que Madonna veur créer, mais personne ne leur parle d’indemnisation. L’inquiétude gagne les rangs de plusieurs vilageois qui ont peur, à juste titre d’aileurs, de tout perdre.

Tôt ce matin, Madonna et sa fille Lourdes se sont rendues sur les lieux, et ont même lancé en dialecte local, un  « Muli bwanji » à l’adresse des populatios mi-figue mi-raisin qui les acceuillaient.

En s’envolera en fin de journée pour New-York, avec sans doute, Marcy.

Nous le lui souhaitons !

PARALLAX